12/12/2008

Clovis Trouille

Clovis Trouille, natif d'Amiens, pousse jusqu'au sarcasme sa verve anticléricale. Dans Dialogue au Carmel, deux religieuses haut troussées ajustent leurs bas noirs en fumant une cigarette. Dans Le Grand poème d'Amiens, le Christ descendant de la croix et éclate te rire au milieu de la nef en se tapant sur le ventre. 

Certaines de ses toiles ont pour décors les cimetières: Mes Funérailles (1945), Mon tombeau (1947). Citons encore quelques autres peintures aux titres si­gnificatifs: La Partouze (1950), Le Spectre vampire (1951), La Profanation (1941), La Vamp diabolique (1945), Le Baiser du Confesseur (1947), La Violée (1948)... 

En 1963, l'exposition de Clovis Trouille chez Cordier à Paris était à huis clos et sur invitation.

dialogue au carmel 1944 [web520]


Clovis Trouille - Dialogue au Carmel - 1944
reve slaustral 1952 [web520]
Clovis Trouille - Rêve claustral - 1952
mon tombeau [web520]
Clovis Trouille - Mon tombeau
religieuse italienne fumant la cigarette 1944 [web520]
Clovis Trouille - Religieuse italienne fumant la cigarette - 1944
la_grasse_matinee [web520]
Clovis Trouille - La grasse matinée.

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clovis trouille |  Facebook |

11/12/2008

Toyen

toyen-portret-1919Maria Germinova, dite Toyen, est née à Prague en 1902. Elle fit partie, après 1914, du groupe Davetsil.

Citons comme principales toiles: Rois Mages (1925), Vaisseau englouti (1927), Le Marais (1928), Au Nord (1931), Le Spectre Rouge (1954), Parmi les ombres longues (1943), Le devenir de la liberté (1946), Au château Lacoste (1946), L'Origine de la Vérité (1952), Le Tir (1940), Cache-toi guerre (1944), La Dame Blanche (1958).

femme rêveuse [web520]


Toyen - Femme rêveuse

a flock of crows 1933 [web520]


Toyen - A flock of crows

nuit [web520]


Toyen - Nuit
pict200
Toyen -Dessin

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toyen |  Facebook |

10/12/2008

Dorothea Tanning

tanning_by_robert_bruce_194301Dorothea Tanning, née à Galesbourg (Illinois) exposait depuis peu chez Julian Lévy lorsqu'elle rencontra les surréalistes. En 1946, elle épouse le peintre Max Ernst et vit avec lui en France. 

Ses toiles, d'abord très léchées, représentent généralement des jeunes filles, comme somnambules, dans des pièces vides. Ses principales toiles sont Jeux d'Enfants (1942), Une Petite Musique de Nuit (1944), Scène d'intimité accompagnée de joie subite (1946), Birthday (1942), Un après-midi à Paris et Maternité (1946). 

petite musique de nuit [web520]


Dorothea Tanning - Petite musique de nuit
Dorothea_Tanning_1910-_birthday_1942,_philadelphia_museum_of_art [web520]
Dorothea Tanning - Anniversaire
la chambre d'ami [web520]
Dorothea Tanning - La Chambre d'Amis

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dorothea tanning |  Facebook |

09/12/2008

Yves Tanguy

tanguy-p111Yves Tanguy est né à Paris en 1900. Fils de parents bretons, il voyage comme matelot de la marine marchande en Afrique et en Amérique. Il devient brusquement peintre après avoir vu un tableau de Chirico à la vitrine de la Galerie Paul Guillaume. 

En 1925, il peint La Rue de la Santé, influencée par Chirico. En 1925, Prévert l'introduit dans le groupe surréaliste et, dès lors, participe à toutes les expositions du groupe en France et à l'étranger. Il peint alors Vieil Horizon, Maman, papa est blessé, A quatre heures d'été, L'Espoir, et L'Armoire des Prêtées

Parti pour les USA en 1939, il épouse Kay Sage et se fixe à Woodbury en 1942. Il peint alors Vers le Nord lentement (1942), Divisi­bilité indéfinie (1942), Les Derniers Jours (1944), Mer close, Monde ouvert (1944), Le Pourvoyeur (1944-45).
 day of inertia 1937 [web520]


Yves Tanguy - Day of inertia - 1937
fear 1949 [web520] 
Yves Tanguy - Fear - 1949
from green to white 1954 [web520]
Yves Tanguy - From green to white - 1954
En 1948, il se fait naturaliser citoyen américain et vit dans une ferme isolée où il poursuit son œuvre. En 1954, il réalise une toile de grand format: La Multiplication des arcs. 

Tanguy meurt en janvier 1955, alors qu'une grande rétrospective a lieu au Musée d'Art Moderne de New York. 

Strictement autodidacte, Yves Tanguy crée un art extrêmement personnel où les paysages purement imaginaires créent une atmosphère fantastique. Des petits éléments solitaires surgissent sur des grèves ou des fonds sous-marins; ils évoquent des cailloux aux formes bizarres, des larves étranges peuplant un espace indéfini d'un ton nuancé très délicat. Yves Tanguy est certainement le seul surréaliste qui, pendant toute sa vie, a su garder ce même style très per­sonnel qui caractérise son oeuvre exécutée avec un soin minutieux et qui, grâce à ses couleurs délicates, atteint la perfection.

hands and gloves 1946 [web520]


Yves Tanguy - Hands and gloves - 1946
I await you 1934 [web520]
Yves Tanguy - I await you - 1934
mama papa is wounded 1927 [web520]
Yves Tanguy - Mama, papa is wounded - 1927

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yves tanguy |  Facebook |

06/12/2008

Kurt Schwitters

portrait schwitters1Kurt Schwitters, peintre allemand, est né à Hanovre en 1887. D'abord dessinateur de machines, il participe au groupe Der Sturm. En 19I7, il fonde le mouvement Merz, apparenté à Dada, et crée la revue du même nom. Le style de Schwitters est alors voisin du cubisme. Il compose son Merzbau, une sculpture faite d'objets divers, qui envahit peu à peu une pièce entière. 

En 1922, il rencontre Arp, évolue vers un style plus abstrait et participe au mouvement Abstraction-Création. Fuyant les Nazis, il se réfugie en Angleterre où il poursuit son oeuvre. Son activité débordante s'exerce à la peinture, la sculpture, l'illustration et à la poésie. Il crée même une oeuvre mi-littéraire et mi-musicale qu'il intitule l'Ursonate.

 hitler gang 1944 [web520]


Kurt Schwitters - Hitler Gang - 1944
le_point_sur_le_i 1939 [web520]
Kurt Schwitters - Le point sur le i - 1939
MerzbildRossfett 1919 [web520]
Kurt Schwitters - Merzbild Rossfett - 1919
Le principal apport de Schwitters à l'art dadaïste et surréaliste est d'avoir, pour la première fois, incorporé des objets les plus hétéroclites à ses peintures et des sculptures. il réalisa de nombreuses com­positions abstraites à l'aide de chiffons et de papiers divers. Schwitters mourut en 1948 à Ambleside en Angleterre.

Out of the dark [web520]


Kurt Schwitters - Out of the dark.
merz picture 32A - The Cherry Picture 1921
Kurt Schwitters - The Cherry Picture - 1921
relief 1923 [web520]
Kurt Schwitters -Relief - 1923

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kurt schwitters |  Facebook |

05/12/2008

Man Ray

auto portraitMan Ray est né à Philadelphie en I890. A 17 ans, il arrive à New York, déjà passionné de dessin, mais la sagesse paternelle l'oriente vers l'architecture. Il fait également des études de mécaniques et exécute des dessins industriels et publicitaires.

Dès 1907, il se consacre à la peinture. En 1911, il exécute une tapisserie à l'aide d'échantillons de tissus puis, en 1912, il peint une série de nébuleuses comme Rêve. Sa première exposition a lieu dans un groupe anarchiste, le Ferrer Center, en 1915. La même année, il est violemment impressionné par l'Armory Show et s'oriente dès lors vers un style plus abstrait. En 1917, il rencontre Picabia et Duchamp et, en leur collaboration, lance le mouvement Dada de New York.

electricité 1931 [web520]


Man Ray - Electricité - 1931
kiki de montparnasse allongée [web520]
Man Ray - Kiki de Montparnasse allongée
Man Ray The Gift 1919 [web520] [web520]
Man Ray - Le Cadeau - 1919
Influencé par Duchamp, Man Ray compose alors des tableaux-objet où il incorpore des boutons de sonnette, des ampoules électriques et des réflecteurs. Il compose également des ready-made dont Cadeau (un fer à repasser hérissé de clous) est resté le plus connu.

Après avoir fondé la Société Anonyme (groupe réunissant des peintures contemporaines) et inventé la peinture à l'aérographe, il se rend à Paris en 1920 où il rencontre les surréalistes Tzara, Aragon, Soupault, Péret, Eluard et Breton. Pour vivre, il fait alors une série de photographies de personnages célèbres, ce qu'il l'aide à se rendre célèbre. Il participe également aux mouvements De Stijl et Der Sturm et réalise le premier film dadaïste.man_ray_pain_peint [web520]


Man Ray - Pain peint.
 manray_marquise-cassati_1922 [web520]
Man Ray - Marquise Cassati - 1922
the nek (lee miller) [web520]
Man Ray - Le Cou (portrait le Lee Miller)
En 1922, il invente les rayographes en plaçant sur du papier sensible des objets les plus divers et en exposant le tout à la lumière. Sa première exposition parisienne eut lieu à la galerie Six, grâce à la collaboration de ses amis dadaïstes. Retourné en Amérique en 1940, il y réalise pendant dix ans une série de films surréalistes et, en 1951, revient à Paris. Les oeuvres de Man Ray sont extrêmement différentes, l'artiste cherchant à se renouveler dans chaque tableau: on lui doit en effet de nombreux procédés techniques.

Inspiré d'abord par Cézanne, il évolua rapidement vers un style cubiste d'influence dadaïste (La Danseuse de cordes s'accompagne de ses ombres, 1916). Ses peintures surréalistes juxtaposent des objets insolites. Ainsi, dans L'Observatoire du Temps, deux lèvres gigantesques apparaissent dans un ciel de soir. L'oeuvre très fantaisiste de Man Ray doit surtout sa qualité à l'ingéniosité de ses inventions.

man_ray_rayographe_(pistolet) [web520]


Man Ray - Rayographe "Le Pistolet"
rayogramme 1925 [web520]
Man ray -Rayogramme - 1925
rayogramme kiki [web520]
Man Ray - Rayogramme "Kiki"

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : man ray |  Facebook |

27/11/2008

Francis Picabia

dadanystiegPicabia1915S [web520]De son vrai nom Francis-Marie Martinez-Picabia et d'origine espagnole, il est né à Paris le 19 janvier 1879. Grâce à ses toiles d'optique bourgeoise, il rem­porte une mention au Salon des Artistes Français en 1895. Encouragé par le succès de ses expositions à Paris, Londres et Berlin, il peint des paysages d'inspiration impressionniste. 

A 28 ans, au faîte de la gloire, il décide de rompre avec le passé et se lance dans la peinture "des formes et des couleurs délivrées de leurs attributions sensorielles, une peinture située dans l'invention pure qui  recrée le monde suivant l'imagination de l'artiste". Dès lors, il rompt son contrat avec le marchand de tableaux Danthon et en 1909 crée la première oeuvre abstraite Caoutchouc

parade amoureuse 1917 [web520]


Francis Picabia - Parade amoureuse - 1917
portrait de femme aux allumettes n°1 1923 [web520]
Francis Picabia - Portrait de femme aux allumettes - 1923
voila la fille née sans mère [web520]
 Francis Picabia - Voilà la fille née sans mère

Il fait la connaissance de Marcel Duchamp et, en 1913, part pour New York où a lieu l'Armory Show, première exposition de peinture moderne dans le nouveau monde. Ses toiles remportent un énorme succès et il devient ainsi l'ambassadeur de l'avant-garde française. Alfred Stieglitz lui propose d'exposer à la galerie 291. 

De retour à Paris, il connaît une période très féconde. En 1913, au Salon d'automne, il présente Udnie jeune fille américaine et Edtaonisl-Ecclésiastique qui provoquent un énorme scandale. "Ce sont des oeuvres ardentes et folles qui narrent les étonnants conflits de la matière picturale et de l'imagination " déclare Apollinaire. Mais Picabia semble rester ignoré des autres peintres de l'époque qui ne le prennent pas au sérieux.

En 1913, il peint Catch as catch can, première toile "mécanique" où figure une imbrication d'éléments sans formes définies. En 19I4, de retour à New York, il fait la connaissance de Man Ray, Gliezes et le compositeur Edgard Varèse. En 1916, à Barcelone où il s'est rendu pour soigner une maladie, il fonde la revue 391.

 udnie 1913 [web520]


Francis Picabia - Udnie - 1913
la procession seville 1912 [web520]
 Francis Picabia - La procession Seville - 1912
optophone24 [web520]
 Francis Picabia - Optophone
Reparti à nouveau en Amé­rique, il est de retour à Paris en 1917 où il poursuit ses oeuvres "mécaniques" telles que Enfant Carburateur, Magnéto, Presse hydraulique". Il publie alors en Suisse Poèmes et dessins de la fille née sans mère, L'Ilôt de Beau Séjour dans le Canton de Nudité, L'athlète des Pompes Funèbres, et Râteliers platoniques. 

Tristan Tzara, séduit par ces poèmes invite Picabia à venir rejoindre le groupe Dada à Zurich. En 1930, Picabia fait la connaissance d'André Breton. Il fonde alors la revue Cannibale et publie Jésus-Christ Rastaquouère ainsi que de nombreux poèmes. II peint la Femme aux allumettes (deux versions), un assemblage d'allu­mettes, de pièces de monnaie et de bigoudis, ainsi que l'Oeil Cacodylate où figurent de nombreuses signatures d'amis. Il compose les Machines héroïques et en 1920 publie Unique Eunuque. En 1921, il se brouille avec Dada finissant et, sous l'influence d'André Breton devient surréaliste. Il compose les décors et les cos­tumes des ballets Relâche dont il règle aussi la mise en scène.

 danseuse etoile sur un transatlantique 1913 [web520]


Francis Picabia - Danseuse étoile sur un transatlantique - 1912
edtaonisl clergyman 1913 [web520]
Francis Picabia - Edtaonisl (clergyman) - 1913
era 1929 [web520]
Francis Picabia - Era - 1929
francis-picabia-idylle-1927_1181273944 [web520]
 Francis Picabia - Idyle - 1927
Picabia écrit également des scénarios pour films tels que Entracte de René Clair et  La Loi d'accommodation chez les borgnes. En 1926, une vente de ses tableaux a lieu à l'Hôtel Drouot. Une exposition a lieu au centre nautique de Cannes. Dès 1926, commence la période des transparences: ses toiles représentent alors plusieurs images superposées. De grandes expositions se succédèrent alors: en 1931, première grande rétrospective à la Galerie Léonce Rosenberg; en 1946, à la Galerie Denise René et en 1949 à la Galerie Drovin. Picabia, atteint d'une hémorragie cérébrale, meurt le 30 novembre 1949. 

Picabia fut un personnage très curieux et doué d'une forte personnalité. Toute sa vie, il changea continuellement de lieu de résidence, d'idées, d'amis et de styles, mais quoi qu'il fit, il était toujours avide de scandale et cherchait toujours à étonner le public.

picabia-francis-cinq-femmes-1942-2302331 [web520]


Francis Picabia - Cinq femmes
ridens 1929 [web520]
Francis Picabia - Ridens - 1929
tres rare tableau sur la terre [web520]
Francis Picabia - Très rare tableau sur la terre
voila la femme [web520]
Francis Picabia - Voilà la femme
payasge à cassis [web520]
Francis Picabia - Paysage à Cassis

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francis picabia |  Facebook |