02/09/2008

Le Cabaret Voltaire

La première guerre mondiale brisa physiquement tous les groupes artis­tiques qui s'étaient formés dans la plupart des grandes villes européennes. De nombreux artistes, fuyant les horreurs de la guerre, se réfugièrent en Suis­se, territoire neutre, et plus particulièrement à Zurich où ils avaient l'ha­bitude de se réunir dans les cabarets.  

C'est dans cette ville que, le 1er février 1916, Hugo Ball, réfugié alle­mand, créa le Cabaret Voltaire, situé très exactement rue du Miroir dans le Spiegelgasse, pas très loin d'un autre café où des réfugiés jouaient aux échecs avec un certain Lénine qui habitait à côté.  

hugo ball

Le lendemain, les journaux publient un communiqué
 

Cabaret Voltaire: sous ce nom s'est établie une jeune compagnie d'artistes et d'écrivains qui a pour but de créer un centre de divertissements artis­tiques. Le principe du cabaret prévoit des réunions quotidiennes avec des programmes musicaux et poétiques exécutés par les artistes présents parmi le public. Tous les jeunes artistes de Zurich, de toutes les tendances, sont invités par la présente à venir apporter leur concours et leurs suggestions. 

Les artistes qui répondirent à cette invitation ne se doutaient certaine­ment pas que leur geste allait venir bouleverser les conceptions artistiques de leur époque. C'étaient l'allemand Richard Huelsenbeck, l'alsacien Hans Arp, et les roumains Tristan Tzara et Marcel Janco, accompagné de son frère Georges Janco. Le 5 février, ils se réunissent pour la première fois et tentent de définir leur position et leurs principes. 

cabaret
Ils veulent en premier lieu protester contre la guerre destructrice et réa­gir contre la non-belligérance confortable et lucrative. Ils proclament la vanité et la faillite de la raison, de la logique et de la science qui n'ont pu empêcher une guerre née d'une civilisation où la culture n'est que faux-semblant. Ils s'attaquent à toutes les conceptions artistiques et veulent vaincre la bêtise générale et rebâtir un monde en partant de zéro. Dans cette lutte pour leur idéal, la protestation, la révolte et l'accusation seront leurs armes: grâce à elles et à leur esprit de mystification et de violence anarchique, ils pourront renverser un ordre social et moral qui semblait avoir fait faillite.
 

Au point de vue esthétique, leur dessein est de détruire toutes les formes d'art par un appel systématique à l'arbitraire, à la fécondité du hasard, à l'absurdité et à l'irrationnel.

Photos: Hugo Ball (en haut) - Le Cabaret Voltaire (en bas)

Les commentaires sont fermés.