09/09/2008

Revue et manifestation

Tous ces artistes réunirent alors leurs efforts pour organiser des soi­rées poétiques où on lisait des poètes d'avant-garde tels que Apollinaire, Alfred Jarry, André Salmon et Max Jacob. Bientôt, on se consacra à la produc­tion, la présentation et la publication de poèmes, d'histoires et de chansons.

 

revue dada n°3 décembre 1918Le 15 février 1916, Tzara fonde la revue Dada dont il devient le rédacteur en chef et à laquelle collaborent tous ses amis dadaïstes. Cette revue subit l'in­fluence de la typographie libre employée par les adeptes du mouvement Futuriste: les lettres, de grandeur, de forme et d'épaisseur différentes suggèrent l'écriture musicale.

 

Mais les manifestations prennent de plus en plus d'ampleur: on y chante en français et en allemand, on y récite des poèmes, le tout accompagné de cris, de sanglots, de sifflements, de sonneries, de bruits les plus divers.

 

C'est le 14 juillet 1916 qu'a lieu la première grande manifestation Dada au Zunfthaus zur Waag à Zurich. Georges Hugnet nous décrit cette manifestation:

 

Sur la scène, on tapait sur des clés, des boîtes, pour faire de la musique, jusqu'à ce que le public protestât... Une voix, sous un immense chapiteau en forme de pain de sucre disait des poèmes de Arp. Huelsenbeck hurlait des poèmes de plus en plus fort pendant que Tzara frappait en suivant le même rythme sur une grosse caisse. Huelsenbeck et Tzara dansaient avec des glousse­ments de jeunes ours, ou, dans un sac avec un tuyau sur la tête, se dandinaient en un exercice appelle "noir cacadou".

 

En agissant ainsi, les dadaïstes ne veulent pas créer une nouvelle esthétique, mais tentent à libérer l'esprit et l'instinct. Ils veulent donner la parole au non-conformisme, à la nouveauté et à la révolte sous toutes ses formes. Ainsi, ils ne préconisent pas seulement un changement dans l'art, mais un chan­gement radical du mode de vie.

 

C'est au cours de cette manifestation qu'on réalisa pour la première fois, et d'une manière systématique, un "poème simultané", lu par plus de vingt personnes sur un rythme différent, le tout accompagné de cris et de bruits multiples.

Photo: Revue Dada n°3, décembre 1916

Les commentaires sont fermés.