12/09/2008

Hasard, rire et confusion

Tristan Tzara par Delaunay-1923En même temps que les psychologues, les philosophes et les experts en sciences naturelles, les dadaïstes s'intéressent aux problèmes du hasard qui devient bientôt le signe distinctif et le nouveau stimulant de la création artistique dada. Utilisée d'abord dans la juxtaposition des sons au cours des manifestations dadaïstes, la fécondité du hasard est employée ensuite dans la composition des tableaux et des poèmes. Tristan Tzara nous donne sa recette: 

Pour faire un poème dadaïste 

Prenez un journal
Prenez des ciseaux
Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème
Découpez l'article
Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment det article et mettez-les dans un sac
Agitez doucement
Sortez ensuite chaque coupure l'une après l'autre dans l'ordre où elles ont quitté le sac
Copiez consciencieusement
Le poème vous ressemblera
Et vous voici un écrivain infiniment original et d'une sensibilité charmante, encore qu'incomprise du vulgaire 

Tristan Tzara: Manifeste sur l'Amour faible et l'Amour amer - 1921. 

C'est à ce même Tristan Tzara, un des principaux animateurs du groupe, que l'on doit le premier texte dadaïste "La Première Aventure Céleste de Monsieur Antipyrine" publié en 1916 en même temps que la revue "Cabaret Voltaire" à laquelle collaborèrent Apollinaire, Picasso, Cendrars, Marinetti, Kandinsky et Modigliani.

janco_illustration pour La première aventure céleste de Mr Antipyrine de Tristan Tzara [web520]


Tristan Tzara: La première Aventure céleste de Mr.Antipyrine - Illustrations de Marcel Janco.

Mais les dadaïstes affectionnent aussi une autre technique: celle du rire et de la moquerie. Arp nous raconte la façon dont ils faisaient de la publici­té privée pour dada: 

Allant d'une brasserie à l'autre, nous longions le Limmatquai. En entrouvrant la porte avec précaution, Giacometti (l'oncle du sculpteur) criait d'une voix de stentor: "Vive Dada"..., au grand étonnement de tous ceux qui ignoraient ce qu'était dada. 

Les dadaïstes avaient aussi l'habitude de publier dans les journaux des arti­cles semant la confusion (tel celui annonçant un duel entre Tzara et Arp) ou encore de lire des poèmes faussement attribués à des écrivains réputés. Ils voulaient ainsi agiter, importuner et brusquer à l'extrême le public et marquer leur manque total de respect pour l'âge, la célébrité et la renommée.

Photo: Tristan Tzara par Delaunay (1923)

Les commentaires sont fermés.