19/09/2008

Man Ray

Né à Philadelphie en 1870, Man Ray avait 17 ans lorsqu'il arriva à New York déjà passionné de dessin; mais la sagesse paternelle l'orienta vers l'architecture. II fréquente diverses écoles puis abandonne ses études et continue à vouloir faire de la peinture, surtout après avoir vu l'Armory Show. 

ManRay2 [web520]


Man Ray.

En 1911, il confectionne une tapisserie faite de rectangles de tweed, de flanelle et de cheviotte provenant de l'album d'échantillons d'un tailleur. En 1913, il peint un portrait multiple suivi en 1915 d'abstractions à base végétale. Il invente des objets anti-art tels que le Métronome et la Spirale. En 1916 et 1917, il réalise une série de collages baptisés Revolving Doors ainsi que Boardwalk, une composition faite de peinture à l'huile et de l'as­semblage d'un échiquier et d'un bouton de porte.

 metronome [web520]


Man Ray: Métronome.
revolving doors [web520]
Man Ray: Revolving Doors.
boardwalk [web520]
Man Ray: Boardwalk.

C'est en 1913 qu'il organise la première exposition de ses peintures et de ses objets à la Galerie Daniel. Pour vivre, il devient dessinateur technique: 

J'ai dessiné des lettres et aussi des cartes, et même des planches anatomiques chez un éditeur d'ouvrages de médecine. J'étais lié à cette époque avec Marcel Duchamp, rencon­tré dès la première semaine de son séjour à New York, et je travaillais avec lui. Je travaillais avec Picabia également lorsqu'il vint à New York en 1917 chargé d'acheter du sucre pour le compte du gouvernement français. Mission qu'il oublia dès qu'il eut mis les pieds sur les quais de l'Hudson. 

Après avoir fait la connaissance de Duchamp, il collabora avec lui à la créa­tion des revues The Blind Man et Ronwrong. Man Ray faillit être décapité par la pale détachée d'un des mobiles de Duchamp. Remis de sa peur, il composa des tableaux dans lesquels il incorporait des objets réels: boulons, boutons de sonnette, ampoules électriques, réflecteurs... Il peignit également un certain nombre d'abstractions à l'aérographe dont il avait appris l'emploi pendant ses études d'architecte. 

En 1921, il vint à Paris où il rencontra Tzara, Aragon, Soupault, Péret, Eluard et Breton. L'invitation pour le vernissage de l'exposition de ses peintures à la Galerie Six était formulée comme suit: 

Ni fleurs ni couronne ni parapluie ni saints ni cathédrales ni tapis ni paravents ni système métrique ni espagnol ni calendrier ni rosés ni bar ni incendie ni bonbons. 

Dans le catalogue, Man Ray écrivit ces lignes pour se présenter: 

Monsieur Ray est né on ne sait plus où. Après avoir été successivement mar­chand de charbon, plusieurs fois millionnaire et chairman du chewing-gum trust il a décidé de donner suite à l'invitation des dadaïstes et d'exposer à Paris ses dernières toiles.

 Man Ray Le violon d'Ingres 1919 [web520]


Man Ray: Le Violon d'Ingres - 1919

Considérant la photographie comme une occupation aussi importante pour lui que la peinture, il invente de nombreux procédés d'agrandissement photographique, la gravure sur plaque photographique, un système de photographie en couleur et les "rayogrammes". Cette dernière trouvaille con­sistait à placer sur du papier sensible des objets divers et d'exposer le tout en les éclairant sous un certain angle. Il employa le même procédé pour réaliser la premier film dadaïste. 

Un soir Tzara vint chez moi pour m'annoncer qu'il faisait une conférence le lendemain et qu'il avait inscrit au programme un film dadaïste de moi. Je pro­testai. Jamais je n'avais fait de film, et je n'avais pas assez de temps pour en faire un. Cà ne fait rien, dit-il, débrouille-toi. Après tout, l'aventure m'amusait. J'achetai trois cent mètres de film que je coupai en morceaux d'un mètre. Je les alignai sur une table et je répandis au hasard du poivre, du sel, des clous, des épingles, des punaises et des prismes de cristal. Lumière! Je développai le tout, recollai les bandes et le lendemain, je pus présenter le premier film dadaïste au milieu des cris d'oiseaux et des miaulements. Il fallut appeler la police pour faire évacuer la salle. 

Man Ray réalisa de nombreux autres films dont le dernier, intitulé L'Etoile de Mer fut le plus célèbre.

Man Ray The Gift 1919 [web520]


Man Ray: The Gift.

18:30 Écrit par Lucky dans 02 Dada-New York 1915-1920 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : man ray |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.