02/10/2008

Surréalisme 1920-1925

Breton, Soupault et Aragon fondent en janvier 1920 la revue Littérature qui, contrairement à ce que son nom pourrait faire croire, est anti-litté­raire au possible. Dans les premiers numéros, auxquels collaborent Gide, Valéry et Fargue, on publie une enquête "Pourquoi écrivez-vous?", puisque écrire est une concession, un acte intéressé. Cette première enquête est bientôt suivie par une seconde traitant du suicide. 

revue Littérature


Couverture de la revue "Littérature".

A cette époque, le même nihilisme intellectuel se retrouve chez les différents groupes dadaïstes. Picabia, après avoir rencontré Duchamp à New York, se rend à Zurich puis à Paris où il rallie à Dada Soupault, Reverdy, Cocteau et le groupe dirigeant Littérature 

Les dadaïstes 

insisteront sur tout ce qu'il y a de baroque, de déséqui­libré, d'imprévu afin de ne pas retomber dans les habitudes devenues natu­relles à la suite d'une longue tradition, afin de ne pas laisser le bien, le noble, le haut… reprendre du poil de la bête. 

Ribemont-Dessaignes 

Les dadaïstes veulent "réaliser" toujours très exactement tout ce qui passe par la tête afin de maintenir l'esprit dans le ballottage originel. Ils se 

dévouent à actualiser sans choix, sans destination et sans prédi­lection d'aucune sorte, toutes les portées de leur esprit. Ils délivrent cette omni équivalence qui est en puissance au fond de chacun de nous et qui pratiquement n'est vaincue que par la réflexion et la volonté.  

Jacques Rivière 

En 1920, Benjamin Péret et Jacques Rigaut rallient Dada qui, après une der­nière manifestation, se disloque rapidement.  

Ainsi, un mouvement négatif par excellence devient le préliminaire d'un mouvement positif tel que le surréalisme. Dada avait détruit les notions traditionnelles de l'homme classique; le surréalisme va en créer de nouvelles.  

Autour de Breton se regroupent Louis Aragon, Paul Eluard et Philippe Soupault qui forment ainsi le groupe qu'Apollinaire appellera "surréaliste", c'est à dire "au-delà de la réalité". 

Jacques Baron, Robert Desnos, Max Ernst, Pierre de Massot, Max Morise, Pierre Unik et Roger Vitrac rallient les chefs de file du mouvement. Le surréalisme entreprend alors la recherche méthodique du surréel et l'exploration de l'inconscient. Ils héritent des dadaïstes de l'esprit de révolte contre l'ordre social et moral, mais veulent en tirer des conclusions positives et refaire cet ordre moral et social, ce qui ne manquera pas de les rapprocher de la tendance communiste. De plus, leur culte du rêve, de l'instinct, du dépaysement systématique, ainsi que les antécédents qu'ils se cherchent chez les maîtres les plus fantastiques du passé, montrent en eux une dernière floraison du romantisme. 


champs magnétiquesEn 1921, Breton et Soupault publient en commun les Champs Magnéti­ques, première oeuvre véritablement surréaliste (quoique publiée à l'épo­que dadaïste) écrite sur le principe de l'écriture automatique. 
 

De 1922 à 1924, les surréalistes expriment leurs recherches dans la revue Littérature et rallient successivement Maxime Alexandre, Antonin Artaud, Joseph Delteil, Francis Gérard, André Masson, Pierre Naville et Max Noll. 

Le groupe étant fondé, reste à trouver des lieux de réunion où les es­prits pourront se stimuler les uns les autres, car, comme l'affirmait Max Ernst: 

l'art n'est pas le produit d'un seul artiste, mais de plusieurs. C'est à un haut degré le produit de l'échange de leurs idées. 

Dans les années Dada, les réunions ont lieu au café Certa, passage de l'Opéra, puis au Dôme de Montmartre, au 54 de la rue du Château, dans la maison louée par Tanguy ainsi qu'à l'atelier d'André Breton, rue Fontaine et dans les cafés de la place Vendôme. Après la guerre, c'est à Saint-Ger­main-des-Prés que les surréalistes se réuniront. 

Ces différents lieux de réunions furent probablement l'une des causes de l'éclosion de groupes parallèles tels que le groupe de la rue Blomet dirigé par Masson, le groupe Documents de Bataille et  Le Grand Jeu de R.Gilbert-Lecomte, Maurice Henry, Vailland et Sima. Tanguy et Prévert, quant à eux, formèrent le sous-groupe de la rue du Château. 

La seconde guerre mondiale provoqua aussi des cassures qui donnèrent naissance à La Main à Plume à Paris et aux groupes View et VVV à New York.


andré breton par man ray 1929


André Breton par Man Ray - 1929

Mais André Breton, qui, par sa présence animatrice et judicative, se vit surnommer "le pape du surréalisme", se sépare rapidement de ceux qui se sont laissés tenter par la gloire littéraire ou politique. Selon ses propres termes, il élimine "ceux qui, à quelque égard plus ou moins mani­feste, ont démérité de la liberté".

Max Ernst, qui s'est toujours plus ou moins tenu à distance du groupe, nous apporte son témoignage à ce sujet: 

Question: Seriez-vous disposé à révéler comment vous, qui refusez toute discipline imposée par une autorité quelconque, vous avez pu vous maintenir assez longtemps à l'intérieur d'un groupe qui se laissait guider et terroriser par un chef de file qui ne tolérait aucune dissidence et qui, dans l'exercice de son pouvoir, n'hésitait pas à appliquer des punitions allant de la simple remontrance à l'exclusion? 

Réponse: Les rigueurs sacrées et la parfaite technique de domination dont disposait le chef de file, comme vous l'appelez, n'avaient de l'effet que sur ceux qui, par goût, crainte, fanatisme, ambition et autres vertus, cherchaient à être des martyrs.  

Indispensables au bon fonctionnement du groupe, ils étaient assez nombreux et faciles à remplacer en cas d'exclusion. Rares étaient ceux qui, indispensables au rayonnement du groupe, pouvaient se permettre d'opposer aux méthodes de domination du chef leur volonté de non subordination en cas d'erreurs ou d'injustices. Cela impliquait des techniques spéciales, difficiles, subtiles, compliquées, que cer­tains surréalistes de la première vague ont élaborées et perfectionnées pendant les quelques années de relations plus ou moins amicales avec Breton. Eluard était maître dans ce jeu féroce. 

Amusant au début, un tel jeu devenait ennuyait, pénible, atroce, insupportable dans la mesure où les situations s'envenimaient, les désaccords s'ac­centuaient, les injustices et les injures se multipliaient. J'ai donc pris la décision de me séparer du groupe. L'occasion me fui offerte par la candeur de Benjamin Péret qui, en sa qualité d'émissaire du chef, se présenta à mon domicile illégal, rue Jacob, un jour de décembre 1938, avec la mission de m'informer que, pour des raisons politiques, chaque membre du groupe surréaliste devait s'engager à saboter la poésie de Paul Eluard par tous les moyens qu'il avait à sa disposition. Ordre du chef. Tout re­fus entraînerait l'exclusion. 

Cet acte, me parut être le premier à mériter d'être inscrit dans l'histoire de l'Infamie. 

Eluard avait déjà pris congé; Man Ray, Tanguy, amis de Paul, ne s'étaient pas pliés à la monstrueuse exigence. C'est de la même façon que furent exclus Cocteau, Jean Paulhan, Raymond Radiguet, Jules Romains, André Salmon et Paul Valéry, à cause du gros tirage de leur oeuvre, Chirico et Dali en 1934, pour s'être convertis au fascisme et Joseph Delteil pour sa conversion au catholicisme. De même Masson en 1945 et Matta en 1950 qui fut exclu sur des racontars, ce qui provoqua l'écoeurement et le départ de Brauner et Jouffroy. Quant à Aragon, Eluard et Hugnet, ils furent exclus pour s'être tournés vers le communisme. Mais tous ces départs sont principalement dus à la réussite des artistes qui, pour "arriver", n'avaient plus besoin de l'appui du groupe.  

manifeste du surréalisme


Manifeste du Surréalisme.

En I924, année où paraît le dernier numéro de Littérature, André Breton publie le Premier Manifeste du Surréalisme et nous donne, dans ce livre, une définition précise du surréalisme: 

automatisme psychique par lequel on se propose d'exprimer, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. 

26883a-le_manuscrit_du_manifeste_du_surrealisme_en_vente_aux_encheres_a_paris

manifeste du surréalisme manuscrit autographe 1924


Manuscrit autographe du Manifeste du Surréalisme.

Cette même année, on fonde un bureau de recherche surréaliste, la Centrale Surréaliste, 15, rue de Grenelle. Breton publie Les Pas Perdus, Artaud L'Ombilic des Limbes, Michel Leiris et André Masson Simulacre. 

antonin artaud autoportrait


Autoportrait d'Antonin Artaud.
artaud ombilic des limbes
Antonin Artaud: L'Ombilic des LImbes.

Le 1er décembre paraît le premier numéro de la revue La Révolution Surréaliste dirigée par Pierre Naville et Péret. Publiée jusqu'en 1929, cette revue d'allure expérimentale et de tendance révolutionnaire propose aux lecteurs des récits de rêves, des textes automatiques, des réponses à des enquêtes sur le suicide et sur l'amour, ainsi que des attaques violentes contre Paul Claudel et Anatole France. A l'occasion des obsèques nationales de ce dernier, Breton proclame: 

Pour y enfermer son cadavre, qu'on vide, si l'on veut, une boîte des quais de ses vieux livres qu'il aimait tant et qu'on jette le tout à la Seine. 

revolution surrealiste couv-20


Le n°1 de La Révolution surréaliste - 1924.

Au cours de la guerre du Maroc, les surréalistes prennent parti pour les communistes. Breton s'enthousiasme pour Trotsky, mais son adhérence ne sera jamais totale car il est persuadé que l'artiste doit garder son indépen­dance.

Les commentaires sont fermés.