11/10/2008

L'humour

Contrairement aux dadaïstes à l'esprit destructeur et nihiliste, les surréalistes veulent démolir la réalité qui les entoure pour en créer une nouvelle, une surréalité. Pour cela, il faut d'abord se libérer des contrain­tes sociales et de la réalité quotidienne et, pour s'attaquer aux principes établis les surréalistes eurent recours à l'humour qui nous permet d'envi­sager le monde sous un angle différent en brisant les relations familières des objets. 

L'humour qui nous surprend et nous dépayse est en effet particu­lièrement apte à nous libérer et nous exalter. Pour les surréalistes, l'humour 

est dans son essence, une critique intuitive et implicite du mécanisme mental conventionnel, une force qui extrait un fait ou un ensemble de faits de ce qui est donné" comme leur normale, pour les précipiter dans un jeu vertigineux de relations inattendues et surréelles. Par un mélange de réel et de fantastique, hors de toutes les limites du réalisme quotidien et de la logique rationnelle, l'humour, et l'humour seul, donne à ce qui l'entoure une nouveauté grotesque, un caractère hallucinatoire d'inexistence et une importance dérisoire, à côté d'un sur­sens exceptionnel et éphémère, mais total… 

Jacques-Prevert-1


Jacques Prévert.

C'est surtout en poésie que l'humour surréaliste a trouvé son terrain de prédilection et en particulier dans l'oeuvre de Jacques Prévert qui nous propose des images pleines de verve telles que dans ce très court poème: 

Le Dernier Carré 

Un alcoolonel d'infanterie tropicale
frappé d'hémiplégie anale
s'écroule dans le tourniquet aux tickets
bloquant à lui seul
l'entrée d'une exposition coloniale

Ses dernières paroles
Ils ne passeront pas 

Jacques prévert dédicace sur dessin dans le livre Fatrats 1966


Jacques Prévert: dédicace dans son livre Fatras - 1966

Le poète belge Achille Chavée fait preuve d'une verve beaucoup plus pi­quante dans Décoctions dont sont extraites les phrases suivantes: 

Si les huîtres savaient à quoi servent les perles! 

Ce n'est pas parce que l'on a mangé une fois du caviar que l'on a traversé la Volga à la nage. 

marcel duchamp


Marcel Duchamp: Ready Made.

Quant à Marcel Duchamp, il trouve, pour intituler ses oeuvres, des titres aux allitérations humoristiques telles que Moustiques domestiques demi-stock (titre d'un film), Rrose Sélavy et moi esquivons les ecchymoses des esquimaux aux mots exquis et La Joconde L.H.O.O.Q. 

max ernst collage


Collage de Max Ernst.

L'oeuvre de Max Ernst est, elle aussi, imprégnée de cet humour que l'on retrouve en particulier dans ses collages dont André Breton disait: 

Il n'est rien de plus accompli, de plus exemplaire que ses trois romans en collage: La Femme 100 têtes, Rêve d'une Petite Fille qui voulu entrer au Carmel, Une Semaine de Bonté ou Les Sept Péchés Capitaux. 

rené magritte la lunette d'approche 


René Magritte: La Lunette d'Approche.


Mais le plus humoristique des peintres surréalistes est, à n'en pas douter, le peintre belge René Magritte qui peignit une pipe en dessous de laquelle figurait l'inscription Ceci n'est pas une pipe. Son tableau intitulé Ceci est un morceau de fromage se contentait de représenter… un morceau de fromage. On doit aussi à Magritte des dessins d'objets portant, en dessous, le nom d'autres objets servant de légende, ainsi que le dessin d'une plaque métallique posée debout à côté d'un groupe d'arbres et portant l'inscrip­tion "Personnage éclatant de rire".

Les cinéastes d'inspiration surréaliste ne manquèrent pas non plus d'exploiter le comique issu des situations les plus invraisemblables, des dialogues les plus inattendus et des juxtapositions d'images les plus éton­nantes.  

Les surréalistes recherchèrent le dépaysement complet en séparant des objets et en les regroupant de façon inattendue et humoristique ou en les replaçant dans un décors insolite (Dali remplit un jour un taxi d'une multitude d'escargots).  

Isidore Ducasse prétendait que le beau peut naître "de la rencontre sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie". 

Une réalité toute faite dont la naïve destination a l'air d'avoir été fixée une fois pour toutes (un parapluie) se trouvant en présence d'une réalité autre très distante et non moins absurde (une machine à coudre) en un lieu où toutes deux doivent se sentir dépaysées (sur une table de dissection), échappera par ce fait même à sa naïve destination et à son identité; elle passera de son faux absolu, par le détour d'un relatif, à un absolu nouveau, vrai et poétique?

Les commentaires sont fermés.