14/11/2008

Max Ernst

max_ernst par wolsMax Ernst, peintre français d'origine allemande, est né à Brühl, près de Cologne en 1891. Son père, pieux et autoritaire, était directeur d'une école de sourds et muets et pratiquait la peinture en tant que délassement. D'un carac­tère très nerveux, Max passe une enfance heureuse, mais déjà hantée par le rêve. A l'âge de Six ans, il est violemment frappé par la mort de sa soeur Maria. 

De 1908 à 1914, il fait des études de philosophie à Bonn. En 19II, il visite une exposition du Sonderbund de Cologne et est frappé par les peintures de Picasso et des peintres de l'école de Paris. C'est alors qu'il décide de devenir pein­tre. 

En 1915, il se rend à Paris. A cette époque, il peint des toiles expression­nistes et est influencé par le mouvement Der Sturm. Après la guerre, en 1918, Ernst se marie et revient à Cologne; l'année suivante, il publie un album de huit lithographies intitulé Fiat Modes, pereat ars (dont il détruisit l'édition) où l'influence de Chirico et du futurisme se faisait sentir. C'est toujours en 1919 qu'il réalise Trophée hypertrophique (dessin) ainsi que ses premiers collages comme C'est le Chapeau qui fait l'Homme et l'album Patagag (Fabrication de ta­bleaux garantis gazométriques) qu'il réalise en collaboration avec Arp et Baargeld à Cologne, puis avec Arp et Tzara en 1921 au Tyrol autrichien.

 célèbes 1921 [web520]


Max Ernst - Célèbes - 1921
ddessin dans la nature 1947 [web520]
Max Ernst - Dessin dans la nature - 1947 
Parmi ces collages, réalisés à l'aide de gravures découpées, citons entre autres: La Phallustrade, Moulin à os pour Coiffeur pacifique, L'Amertume du matelat, et surtout Deux Figures ambiguës (1919) et l'Enigme de l'Europe centrale (1921). En 1919, Ernst fonde avec Arp et Baargeld le mouvement dada de Cologne et, l'an­née suivante, l'exposition Dada de la brasserie Winter est fermée par la police. 

La première exposition d'Ernst à Paris à lieu en 1920 à la galerie Sans-Pareil, grâce à Breton qui s'enthousiasme pour les collages de Ernst. En 1921, Max Ernst peint Oedipus rex et L'Eléphant Célébès. Ces deux toiles sont immédiatement achetées par Breton. En 1922, Ernst arrive à Paris. Sans papiers, sans travail, il s'embauche dans une fabrique. Installé à Saint-Brice, près de Montmorency, il con­tinue cependant à peindre des toiles comme Piéta, ou La Révolution de la Nuit, Le Cerveau de l'Enfant, Sainte Cécile et L'Immaculée Conceptionernst-max-die-ganze-stadt-1935-36-9700787 [web520]


Max Ernst - La grande ville - 1935
C'est alors qu'il réalise Deux Enfants sont menacés par un Rossignol, une de ses oeuvres capitales. C'est un panneau peint à l'huile où ont été ajoutés en reliefs des éléments de la maison. Eluard, qui se trouve alors à Singapour, écrit à sa femme Gala et à Ernst de le rejoindre. Gala et Ernst partent aussitôt. Eluard revient avec sa femme et Ernst, après un séjour à Saigon, revient en France. On est en 1924: le groupe surréaliste vient de se former et Breton vient de publier son Manifeste

En 1925, année où il expose Galerie Pierre et où il signe son premier contrat chez Jacques Viot, Ernst découvre le procédé du frottage. Dans Comment on force l'inspiration, le peintre raconte: 

Partant d'un souvenir d'enfance au cours duquel un panneau d'acajou, situé en face de mon lit, avait joué le rôle de provocateur optique d'une vision de demi-sommeil et me trouvant, par un temps de pluie, dans une auberge au bord de la mer je fus frappé par l'obsession qu'exerçait sur mon regard irrité le plancher dont mille lavages avaient accentué les rainures. Je me décidai alors à interroger le symbolisme de cette obsession, et, pour venir en aide à mes facultés médita­tives et hallucinatoires, je tirai des planches une série de dessins, en posant sur elles, au hasard, des feuilles de papier que j'entrepris de frotter à la mine de plomb. 

l ange du foyer ou le triomphe du surrealisme 1937 [web520]


Max Ernst - L'Ange du foyer ou le triomphe du surréalisme
la femme chancelante 1923 [web520]
Max Ernst - La Femme chancelante - 1923
Plus tard, Ernst étendit ce procédé à toutes sortes de surfaces telles que feuilles, toile de sac, etc. C'est de ce procédé que sorti le magnifique album intitu­lé Histoire naturelle qui parût en 1926, préfacé par Arp. Cette même année, Ernst réalise en collaboration avec Miro les décors et les costumes de Roméo et Ju­liette pour les Ballets Russes.

La production picturale de Max Ernst devient alors de plus en plus importante. Il peint Idole (1926), faite de frottage, La Nuit d'Amour (1927), La Vierge Marie corrigeant l'Enfant Jésus devant trois témoins, A.Breton, P.Eluard et le peintre (1926). Entre 1926 et 1928, il réalise une série de Fleurs. Vers cette période, il aborde le thème des oiseaux qui ne cessera de le hanter (Monument aux Oiseaux 1927).

Ernst invente le procédé du raclage de la peinture à l'aide d'objets di­vers et réalise ainsi les séries des Forêts et des Villes. En 1929, il publie une série de collages intitulés La femme 100 têtes suivie en 1950 par Rêve d'une petite fille qui voulut entrer au carmel et en 1934 par Une Semaine de Bonté. Il peint encore Jardins gobe-avions (1935), Portrait volé (1934) et un Ancien Combattant (1935), La Nature et l'Aurore (1937). Il emploie alors le procédé de décalcomanie inventé par Dominguez et réalise Le Fascinant Cyprès (1940).

la fprêt [web520]


Max Ernst - La Forêt
la mariée du vent [web520]
Max Ernst - La Mariée du Vent
En 1939, sujet allemand, Ernst est interné à Bargentière, puis au camp des Milles. Après la libération, Ernst émigre vers New York où il arrive en juillet 1941. L'année suivante, il épouse la milliardaire Peggy Guggenheim. C'est le début d'une grande période dans l'oeuvre de Ernst qui peint successivement L'Anti-Pape (1942), L'Oeil du Silence (1944), Cocktail Drinker (1945) et Noces Chimiques (1948). 

C'est en Amérique que Max Ernst rencontre Dorothea Tanning, elle aussi peintre surréaliste. Il l'épouse en 1946 et se retire à Sedona dans l'Arizona. 

En 1949, Ernst revient à Paris et, l'année suivante peint La Religieuse Portugaise et expose Galerie Drouin. En 1954, année où il se fixe dans le Val de Loire, il expose Galerie Eduard Loeb et obtient le grand prix de la Biennale de Venise. 

Max Ernst est un des peintres surréalistes les plus inventifs et les plus productif. Son oeuvre est peuplée de personnages de cauchemar, de scènes cruelles, de figures énigmatiques, de visions de paysages désertiques et majestueux ainsi que d'oiseaux maléfiques.

la vierge corrigeant l enfant jesus 1926 [web520]


Max Ernst - La Vierge corrigeant l'Enfant Jésus - 1926
silence [web520]
Max Ernst - Silence
ubu imperator [web520]
Max Ernst - Ubu Imperator

19:00 Écrit par Lucky dans 12 Peintres A-E | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : max ernst |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.