27/11/2008

Francis Picabia

dadanystiegPicabia1915S [web520]De son vrai nom Francis-Marie Martinez-Picabia et d'origine espagnole, il est né à Paris le 19 janvier 1879. Grâce à ses toiles d'optique bourgeoise, il rem­porte une mention au Salon des Artistes Français en 1895. Encouragé par le succès de ses expositions à Paris, Londres et Berlin, il peint des paysages d'inspiration impressionniste. 

A 28 ans, au faîte de la gloire, il décide de rompre avec le passé et se lance dans la peinture "des formes et des couleurs délivrées de leurs attributions sensorielles, une peinture située dans l'invention pure qui  recrée le monde suivant l'imagination de l'artiste". Dès lors, il rompt son contrat avec le marchand de tableaux Danthon et en 1909 crée la première oeuvre abstraite Caoutchouc

parade amoureuse 1917 [web520]


Francis Picabia - Parade amoureuse - 1917
portrait de femme aux allumettes n°1 1923 [web520]
Francis Picabia - Portrait de femme aux allumettes - 1923
voila la fille née sans mère [web520]
 Francis Picabia - Voilà la fille née sans mère

Il fait la connaissance de Marcel Duchamp et, en 1913, part pour New York où a lieu l'Armory Show, première exposition de peinture moderne dans le nouveau monde. Ses toiles remportent un énorme succès et il devient ainsi l'ambassadeur de l'avant-garde française. Alfred Stieglitz lui propose d'exposer à la galerie 291. 

De retour à Paris, il connaît une période très féconde. En 1913, au Salon d'automne, il présente Udnie jeune fille américaine et Edtaonisl-Ecclésiastique qui provoquent un énorme scandale. "Ce sont des oeuvres ardentes et folles qui narrent les étonnants conflits de la matière picturale et de l'imagination " déclare Apollinaire. Mais Picabia semble rester ignoré des autres peintres de l'époque qui ne le prennent pas au sérieux.

En 1913, il peint Catch as catch can, première toile "mécanique" où figure une imbrication d'éléments sans formes définies. En 19I4, de retour à New York, il fait la connaissance de Man Ray, Gliezes et le compositeur Edgard Varèse. En 1916, à Barcelone où il s'est rendu pour soigner une maladie, il fonde la revue 391.

 udnie 1913 [web520]


Francis Picabia - Udnie - 1913
la procession seville 1912 [web520]
 Francis Picabia - La procession Seville - 1912
optophone24 [web520]
 Francis Picabia - Optophone
Reparti à nouveau en Amé­rique, il est de retour à Paris en 1917 où il poursuit ses oeuvres "mécaniques" telles que Enfant Carburateur, Magnéto, Presse hydraulique". Il publie alors en Suisse Poèmes et dessins de la fille née sans mère, L'Ilôt de Beau Séjour dans le Canton de Nudité, L'athlète des Pompes Funèbres, et Râteliers platoniques. 

Tristan Tzara, séduit par ces poèmes invite Picabia à venir rejoindre le groupe Dada à Zurich. En 1930, Picabia fait la connaissance d'André Breton. Il fonde alors la revue Cannibale et publie Jésus-Christ Rastaquouère ainsi que de nombreux poèmes. II peint la Femme aux allumettes (deux versions), un assemblage d'allu­mettes, de pièces de monnaie et de bigoudis, ainsi que l'Oeil Cacodylate où figurent de nombreuses signatures d'amis. Il compose les Machines héroïques et en 1920 publie Unique Eunuque. En 1921, il se brouille avec Dada finissant et, sous l'influence d'André Breton devient surréaliste. Il compose les décors et les cos­tumes des ballets Relâche dont il règle aussi la mise en scène.

 danseuse etoile sur un transatlantique 1913 [web520]


Francis Picabia - Danseuse étoile sur un transatlantique - 1912
edtaonisl clergyman 1913 [web520]
Francis Picabia - Edtaonisl (clergyman) - 1913
era 1929 [web520]
Francis Picabia - Era - 1929
francis-picabia-idylle-1927_1181273944 [web520]
 Francis Picabia - Idyle - 1927
Picabia écrit également des scénarios pour films tels que Entracte de René Clair et  La Loi d'accommodation chez les borgnes. En 1926, une vente de ses tableaux a lieu à l'Hôtel Drouot. Une exposition a lieu au centre nautique de Cannes. Dès 1926, commence la période des transparences: ses toiles représentent alors plusieurs images superposées. De grandes expositions se succédèrent alors: en 1931, première grande rétrospective à la Galerie Léonce Rosenberg; en 1946, à la Galerie Denise René et en 1949 à la Galerie Drovin. Picabia, atteint d'une hémorragie cérébrale, meurt le 30 novembre 1949. 

Picabia fut un personnage très curieux et doué d'une forte personnalité. Toute sa vie, il changea continuellement de lieu de résidence, d'idées, d'amis et de styles, mais quoi qu'il fit, il était toujours avide de scandale et cherchait toujours à étonner le public.

picabia-francis-cinq-femmes-1942-2302331 [web520]


Francis Picabia - Cinq femmes
ridens 1929 [web520]
Francis Picabia - Ridens - 1929
tres rare tableau sur la terre [web520]
Francis Picabia - Très rare tableau sur la terre
voila la femme [web520]
Francis Picabia - Voilà la femme
payasge à cassis [web520]
Francis Picabia - Paysage à Cassis

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francis picabia |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.