30/11/2008

Francis Picabia - Pyjama blanc

M'interrompant dans mon spleen
Sur une petite pelouse clergyman
Une jolie figure entre doucement dans ma propriété!
Venez sans perquisitions, tout bonnement
Et prenez le chemin des échantillons nouveaux.
Comme vous pouvez le voir je suis extraordinaire,
Je ne sais pas, conduisez-moi
Je veux visiter toutes les pièces
Et pour consacrer chaque instant à une complicité
Je vous ai apporté l'empreinte du petit cachet-diamant.
Je me tracasse encore comme si j'étais un autre
Cela est fort étrange... 

Février 1918 - Inédit.

00313034 [web520]


Francis Picabia

19:00 Écrit par Lucky dans 16 Textes et poésies | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francis picabia |  Facebook |

29/11/2008

Francis Picabia: Labyrinthe

La volonté attend sans cesse
Un désir sans trouver.
Le cran d'arrêt passionne l'absence
de gaudriole.
Une cicatrice vers la nuit
profane la réflexion
II n'y a que détachement
incrédule.
On me fait souffrir
parce que je sais l'indifférence
Banalités embarquées sans cesse
sur elles-mêmes.
Les horizons attirent les yeux
de nos sentiments.

00313031b [web520]


Francis Picabia

19:00 Écrit par Lucky dans 16 Textes et poésies | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francis picabia |  Facebook |

28/11/2008

Francis Picabia: Manifeste cannibale Dada

Tous êtes accusés, levez-vous. L'orateur ne peut vous parler que si vous êtes debout.
Debout comme pour la Marseillaise,
debout comme pour l'hymne russe,
debout comme pour le God save the King,
debout comme devant le drapeau
Enfin debout devant dada qui représente la vie et qui vous accuse
de tout aimer par snobisme du moment que cela coûte cher
Vous vous êtes tous rassis? Tant mieux, comme cela vous allez m'écouter
avec plus d'attention.
Que faites-vous ici, parqués comme des huîtres sérieuses - car vous êtes
Sérieux, n'est-ce pas?
Sérieux, sérieux, sérieux jusqu'à la mort.
La mort est une chose sérieuse, hein?
On meurt en héros ou en idiot, ce qui est la même chose.
Le seul mot qui ne soit pas éphémère c'est le mot mort. Vous aimez la mort pour
les autres.
A mort, à mort, à mort.
Il n'y a que l'argent qui ne meure pas, il part seulement en voyage.
C'est le Dieu, celui qu'on respecte, le personnage sérieux - argent respect des familles. Honneur, honneur de l'argent; l'homme qui a de l'argent est un homme honorable.
L'honneur s'achète et se vend comme le oui. Le cul, le cul représente la vie représente la vie comme les pommes frites, et vous tous qui êtes sérieux, vous sentirez plus mauvais que la merde de vache.
DADA lui ne sent rien, il n'est rien, rien, rien.
Il est comme vos espoirs: rien
comme vos paradis: rien
comme vos idoles: rien
comme vos hommes politiques: rien
comme vos héros: rien
comme vos artistes: rien
comme vos religions: rien
Sifflez, criez, cassez-moi la gueule et puis et puis? Je vous dirai encore que vous êtes tous des poires. Dans trois mois, nous vous vendrons, mes amis et moi, nos tableaux pour quelques francs. 

Francis Picabia. (Extrait de Dada n°7; DADAphone , Paris, 1920)

820_centre_pompidou_francis_picabia_paris [web520]


Francis Picabia

19:00 Écrit par Lucky dans 16 Textes et poésies | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francis picabia |  Facebook |

27/11/2008

Francis Picabia

dadanystiegPicabia1915S [web520]De son vrai nom Francis-Marie Martinez-Picabia et d'origine espagnole, il est né à Paris le 19 janvier 1879. Grâce à ses toiles d'optique bourgeoise, il rem­porte une mention au Salon des Artistes Français en 1895. Encouragé par le succès de ses expositions à Paris, Londres et Berlin, il peint des paysages d'inspiration impressionniste. 

A 28 ans, au faîte de la gloire, il décide de rompre avec le passé et se lance dans la peinture "des formes et des couleurs délivrées de leurs attributions sensorielles, une peinture située dans l'invention pure qui  recrée le monde suivant l'imagination de l'artiste". Dès lors, il rompt son contrat avec le marchand de tableaux Danthon et en 1909 crée la première oeuvre abstraite Caoutchouc

parade amoureuse 1917 [web520]


Francis Picabia - Parade amoureuse - 1917
portrait de femme aux allumettes n°1 1923 [web520]
Francis Picabia - Portrait de femme aux allumettes - 1923
voila la fille née sans mère [web520]
 Francis Picabia - Voilà la fille née sans mère

Il fait la connaissance de Marcel Duchamp et, en 1913, part pour New York où a lieu l'Armory Show, première exposition de peinture moderne dans le nouveau monde. Ses toiles remportent un énorme succès et il devient ainsi l'ambassadeur de l'avant-garde française. Alfred Stieglitz lui propose d'exposer à la galerie 291. 

De retour à Paris, il connaît une période très féconde. En 1913, au Salon d'automne, il présente Udnie jeune fille américaine et Edtaonisl-Ecclésiastique qui provoquent un énorme scandale. "Ce sont des oeuvres ardentes et folles qui narrent les étonnants conflits de la matière picturale et de l'imagination " déclare Apollinaire. Mais Picabia semble rester ignoré des autres peintres de l'époque qui ne le prennent pas au sérieux.

En 1913, il peint Catch as catch can, première toile "mécanique" où figure une imbrication d'éléments sans formes définies. En 19I4, de retour à New York, il fait la connaissance de Man Ray, Gliezes et le compositeur Edgard Varèse. En 1916, à Barcelone où il s'est rendu pour soigner une maladie, il fonde la revue 391.

 udnie 1913 [web520]


Francis Picabia - Udnie - 1913
la procession seville 1912 [web520]
 Francis Picabia - La procession Seville - 1912
optophone24 [web520]
 Francis Picabia - Optophone
Reparti à nouveau en Amé­rique, il est de retour à Paris en 1917 où il poursuit ses oeuvres "mécaniques" telles que Enfant Carburateur, Magnéto, Presse hydraulique". Il publie alors en Suisse Poèmes et dessins de la fille née sans mère, L'Ilôt de Beau Séjour dans le Canton de Nudité, L'athlète des Pompes Funèbres, et Râteliers platoniques. 

Tristan Tzara, séduit par ces poèmes invite Picabia à venir rejoindre le groupe Dada à Zurich. En 1930, Picabia fait la connaissance d'André Breton. Il fonde alors la revue Cannibale et publie Jésus-Christ Rastaquouère ainsi que de nombreux poèmes. II peint la Femme aux allumettes (deux versions), un assemblage d'allu­mettes, de pièces de monnaie et de bigoudis, ainsi que l'Oeil Cacodylate où figurent de nombreuses signatures d'amis. Il compose les Machines héroïques et en 1920 publie Unique Eunuque. En 1921, il se brouille avec Dada finissant et, sous l'influence d'André Breton devient surréaliste. Il compose les décors et les cos­tumes des ballets Relâche dont il règle aussi la mise en scène.

 danseuse etoile sur un transatlantique 1913 [web520]


Francis Picabia - Danseuse étoile sur un transatlantique - 1912
edtaonisl clergyman 1913 [web520]
Francis Picabia - Edtaonisl (clergyman) - 1913
era 1929 [web520]
Francis Picabia - Era - 1929
francis-picabia-idylle-1927_1181273944 [web520]
 Francis Picabia - Idyle - 1927
Picabia écrit également des scénarios pour films tels que Entracte de René Clair et  La Loi d'accommodation chez les borgnes. En 1926, une vente de ses tableaux a lieu à l'Hôtel Drouot. Une exposition a lieu au centre nautique de Cannes. Dès 1926, commence la période des transparences: ses toiles représentent alors plusieurs images superposées. De grandes expositions se succédèrent alors: en 1931, première grande rétrospective à la Galerie Léonce Rosenberg; en 1946, à la Galerie Denise René et en 1949 à la Galerie Drovin. Picabia, atteint d'une hémorragie cérébrale, meurt le 30 novembre 1949. 

Picabia fut un personnage très curieux et doué d'une forte personnalité. Toute sa vie, il changea continuellement de lieu de résidence, d'idées, d'amis et de styles, mais quoi qu'il fit, il était toujours avide de scandale et cherchait toujours à étonner le public.

picabia-francis-cinq-femmes-1942-2302331 [web520]


Francis Picabia - Cinq femmes
ridens 1929 [web520]
Francis Picabia - Ridens - 1929
tres rare tableau sur la terre [web520]
Francis Picabia - Très rare tableau sur la terre
voila la femme [web520]
Francis Picabia - Voilà la femme
payasge à cassis [web520]
Francis Picabia - Paysage à Cassis

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : francis picabia |  Facebook |

26/11/2008

Wolfgang Paalen

PaalenWolfgang Paalen est né à Vienne en 1907. D'abord peintre abstrait, il se tourne ensuite vers le surréalisme et, en 1938, invente le procédé de fumage à la bougie. 

Vers 1937, il peint des paysans fantastiques où régnait la désolation (Le Débarcadère). En 1938, il illustre les Chants de Maldoror et, en 1940 organise l'exposition internationale au surréalisme à Mexico. 

Peu de temps après, il s'éloigne du groupe surréaliste, mais participe encore à certaines expositions. Après la guerre, il vit au Mexique, subissant l'influence de l'art indien d'Amérique. Il se tue d'un coup de revolver en 1959.

beatrice perdue [web520]


Wolfgang Paalen - Beatrice perdue
ciel de pieuvre [web520]
 Wolfgang Paalen - Ciel de pieuvre
etude pour paysage de totem de mon enfance  1937 [web520]
Wolfgang Paalen - Etude pour paysage de totem de mon enfance - 1937
les tours de lumière 1936 [web520]
Wolfgang Paalen - Les tours de lumière - 1937
taches solaires [web520]
Wolfgang Paalen - Taches solaires
vol de moustiques 1938 [web520]
Wolfgang Paalen - Vol de moustiques (fumage) - 1937

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wolfgang paalen |  Facebook |

24/11/2008

Joan Miro

miro portrait [web520]Joan Miro, peintre espagnol, est né à Barcelone le 20 avril 1895, dans famille de bonne bourgeoisie. En 1912, après avoir étudié à l'Ecole des Beaux-Arts de Barcelone, il entre à l'académie de Gali. Il subit alors l'influence de l'architecte Antonio Gaudi et de la peinture romane. Mais les progrès du jeune Miro sont très lents en dessin et son père décide de le retirer de l'académie et le place en apprentissage chez un commerçant. 

A l'âge de 19 ans, après avoir soigné une maladie à Montroig où ses parents ont une propriété, Miro décide de se consacrer entièrement à la peinture. Dès cette période, il subit l'influence des fauves. En 19I7, il réalise une série de portraits où l'on découvre l'influence de Van Gogh. Déjà, Miro a un style très personnel: il supprime les détails inutiles et réduit sa peinture à l'essentiel.

 la ferme 1921 [web520]


Joan Miro - La ferme - 1921

abstraction 1935 [web520] 


Joan Miro - Abstraction

amour d'hirondelle [web520] 


Joan Miro - Amour d'hirondelle
En 1918, il exécute une série de paysages à Montroig: La Maison au Palmier et L'ornière. Sa première exposition a lieu cette même année chez Dalmau à Barcelone. En 1919, de mars à juin, il fait sont premier séjour à Paris où il rend visite à son compatriote Picasso dont il subit l'influence. L'année suivante, il s'installe rue Blomet, mais séjourne alternativement à Montroig et à Paris. Miro entre alors en contact avec les surréalistes et en particulier avec Masson, Tzara, Reverdy et Jacob. Miro déclare à ce sujet: 

J'ai rencontré les surréalistes tout à fait par hasard. Gargallo, qui était professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Barcelone, et que je connaissais, avait un atelier à Paris, et quand je vins vivre à Paris, il le mit à ma dispo­sition. L'atelier se trouvait au 45 de la rue Blomet, et mon voisin était André Masson. C'est par lui que j'appris à connaître les surréalistes. Mais je n'ai jamais signé un seul de leurs manifestes. Au contact des poètes surréalistes, quelque chose m'est apparu clairement, et c'est cela qui comptait pour moi dans le surréalisme: la nécessité de vaincre la peinture. La peinture surréaliste en elle-même ne m'intéressait pas spécialement. Je devinais qu'il y avait en­core quelque chose de plus grand, que la peinture pouvait être encore quelque chose de plus que cela. En quoi l'influence des surréalistes a consisté pour moi? Dans la victoire sur la réalité visuelle.

 carnaval d arlequin [web520]


Joan Miro - Carnaval d'Arlequin - 1924
danseuse II [web520]
Joan Miro - Danseuse II
e294interieur-hollandais-i-posters [web520]
Joan Miro - Intérieur hollandais
Miro peint alors La Table (Nature morte au lapin) (1920), Table au Gant (1921) et surtout La Ferme, le chef-d'oeuvre de cette période, qui, avec L'Epi de Blé et La Fermière donne déjà une impression d'irréel et de surnaturel. Mais c'est avec Terre Labourée (1925-1924) que Miro fait un saut dans le surréalisme. Dans Maternité (l924) et Carnaval d'Arlequins, il réduit les figures humaines à des signes géométriques qu'il transforme en symboles, en hiéroglyphes. 

En 1926, année où il réalise les décors et les costumes pour Roméo et Juliette (avec Ernst), il expose à la Galerie Pierre. Cette seconde exposition à Paris suit celle qui avait eu lieu à la galerie La Licorne en 1921. En 1928, Miro fait un voyage en Hollande. De retour de son voyage, il exécute une série de toiles intitulées Intérieur Hollandais où il parodie les peintures qui l'ont le plus impressionné. Suit alors une période d' "assassinat de la peinture": Miro réalise une série de collages et de peintures objets à l'aide de morceaux de bois, de papiers, du fil de fer, des plumes, des chaînes, de la ficelle, du papier de verre, des cartes postales et même du sable.

 E300~Terre-Labouree-c-1923-Posters [web520]


 Joan Miro - Terre labourée - 1923
escargot femme fleur tooile [web520]
  Joan Miro - Escargot, femme, fleur, toile
espagne [web520]
  Joan Miro - Espagne
En 1930, il expose ces objets à la Galerie Goemans. En 1932, il exécute les décors et les costumes pour les ballets Jeux d'Enfant. De 1932 à 1934, le ton de sa peinture change: il devient plus grave, plus pathétique, plus vrai. L'humour fait peu à peu place à la mélancolie et à une plus grande rigueur formelle. C'est la période de Escargot, femme, fleur, étoile (1934), Femme (1934, pastel) et L'Homme à la Pipe (1934, pastel).

De 1934 à 1937, la figure humaine fait à nouveau apparition, mais elle reste déformée: Modèle montant un escalier (1937, crayon), Figure en état de métamorphose (1956, gouache). En 1937, Miro réalise une grande fresque pour le pavillon espagnol de l'Exposition Internationale de Bruxelles. En 1938, il peint Nature-morte au vieux Soulier: Miro, subissant le désespoir de la guerre civile, devient plus pessimiste. De août 1939 a mai 1940, il séjourne à Varengeville, près de Dieppe, où il peint Vol d'Oiseaux et où il commence la série de 23 tableaux intitulée Constellations qu'il terminera en 194I.

 femme assise 1983 [web520]


Joan Miro - Femme assise
Joan-Miro,%20Constellation [web520]
 Joan Miro - Constellation
Joan-Miro-Les-echelles-en-roue-de-feu-traversent-lazur-1953 [web520]
 Joan Miro - Les échelles en roue de feur traversant l'azur - 1953
En 1940, il retourne à Barcelone, puis, devant l'invasion allemande, se réfugie à Palma de Majorque (Baléares). Dès 1942, il réalise en collaboration avec son ami Artigas, plusieurs céramiques dont certaines sont monumentales. Les principales toiles de cette périodes sont: Femme et oiseau devant le soleil (1944), Danseuse espagnole (1945), Danseuse écoutant jouer de l'orgue dans une cathédrale gothique (l945), Le Soleil rouge ronge l'araignée (1948). 

En 1947, Miro se rend en Amérique où il exécute plusieurs fresques dont la principale est celle de l'Hôtel Plaza à Cincinnati. L'année suivante, il rentre en Europe et travaille à plusieurs livres de lithographies. 

En 1950, il illustre Parler Seul de Tristan Tzara. En 1953, il expose à la Galerie Maeght à Paris et, l'année suivante, remporte le premier prix de gravure de la Biennale de Venise. En 1955, il réalise, en collaboration avec Artigas, la façade de l'Unesco à Paris et exécute une série de tableaux sur le thème des oiseaux. En 1956, il expose à Bruxelles et Amsterdam. Dès lors, sa production picturale n'a jamais diminué de quantité ni de valeur.

l oiseau au regard calme [web520]


Joan Miro - L'oiseau au regard calme
l or de l azur [web520]
Joan Miro - L'or de l'azur
la leçon de ski [web520]
Joan Miro - La leçon de ski.
le port 1945 [web520]
Joan Miro - Le port - 1945
libellule aux ailerons rouges [web520]
Joan Miro - Libellule aux ailerons rouges
main attrapant un oiseau [web520]
Joan Miro - Main attrapant un oiseau

19:00 Écrit par Lucky dans 13 Peintres F-M | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joan miro |  Facebook |

23/11/2008

Roberto Matta

Matta1982 [web520]Roberto Matta Echaurren est né en 1911 à Chiloe (Chili). Il fit d'abord des études d'architecte, puis monta une affaire de décoration à Santiago qu'il abandonna pour voyager en Italie, en Espagne, en Yougoslavie et en Russie. 

En 1934, il travaille dans l'atelier de Le Corbusier. En 1937, il rencontre en France l'anglais Gordon Onslow Ford et décident tous deux de devenir peintres. Matta fait la connaissance de Picasso, Dali et Breton qui l'encourage vivement. Ce n'est qu'en 1938 qu'il peint ses premières grandes toiles et qu'il réalise la série des Morphologies psychologiques.

Invasion de la nuit 1941 [web520]


Roberto Matta - Invasion de la nuit - 1941

ElleLogeLaFolie_1970 [web520]


Roberto Matta - Elle loge la folie - 1970
Homere-II [web520]
Roberto Matta - Homère II
En 1959, Matta, accompagné de son ami Ford, se rend aux Etats-Unis où il établit le contact entre les peintres amé­ricains et les surréalistes exilés. Matta participe alors aux principales ex­positions surréalistes et, dans ses peintures, les personnages deviennent de plus en plus émaciés. On reconnaît là un style voisin de Wilfredo Lam: Le Vertige d'Eros, Pour échapper à l'Absolu (1944), L'Espace et le Je (1944), Les Célibataires quarante ans après (1942), Le Vitreur (1944 - disparu).  

La peinture de Matta devient alors de plus en plus engagée: le peintre y caricature les hommes en les transformant en monstres filiformes, il accuse la société en peignant ses vices (Le Sexspectacle, 1953). Ses peintures deviennent un fouillis de signes graphiques qui se mêlent, s'entrelacent, créant une atmosphère très lyriques: La Pomme du Savoir (1943), Elminonde (1943), Science, Conscience et Patience du Vitreur (1944). 

Revenu en 1949 en Europe, Matta séjourne en Italie et en France, puis est exclu du groupe surréaliste.

je m'honte 1948 [web520] 


Roberto Matta - Je m'honte - 1948

joueurs d echecs 1954 [web520]


Roberto Matta - Joueurs d'échecs - 1954
la terre est un homme [web520]
Roberto Matta - La terre est un homme
la vitre du fond des terres [web520]
Roberto Matta - La vitre du fond des terres

19:00 Écrit par Lucky dans 13 Peintres F-M | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roberto matta |  Facebook |