18/12/2008

Antonin Artaud

Artaud antoninAntonin Artaud est né à Marseille le 4 septembre 1896. Dès son plus jeune âge, il souffre de troubles psychiques qui devaient transformer sa vie en un terrible et douloureux calvaire. Dès 1915, il écrit ses premiers poèmes Sonnets Mystiques et, attiré par le théâtre, débute ensuite à l'Atelier sous la direction de Charles Dullin. 

En 1920, il se fixe à Paris où il joue avec Jouvet et Pitoeff. Il fréquente également Jacques Rivière et les milieux de la MF. En 1924, il adhère au mouvement surréaliste auquel il communique son exaltation fiévreuse. L'année suivante, il dirige la Centrale Surréaliste qui, selon lui, a pour "but principal d'étudier les moyens d'un reclassement géné­ral de la vie". Mais en 1927, il conteste violemment les prises de position surréalistes et répond au manifeste Au Grand Jour par le pamphlet intitulé A la Grande Huit ou le Bluff Surréaliste. Cependant, malgré cette rupture, Artaud reste fidèle à l'esprit surréaliste qu'il contribue à faire rayonner. 

De 1926 à 1955, il se consacre plus spécialement au théâtre et au cinéma. En 1926, il fonde avec Aron et Vitrac le Théâtre Alfred Jarry et tourne comme acteur sous la direction d'Abel Gance et de Dreyer. Il figure notamment comme acteur dans L'Opéra de Quat'sous (de Palst) et dans Jeanne d'Arc (de Dreyer). 

En 1936, Artaud se rend au Mexique et assiste chez les Indiens Tarahumaras, aux cérémonies de la danse du peyotl qui lui causent un choc émotif d'une exceptionnelle intensité. L'année suivante, sur un navire qui le ramène d'Ir­lande, Artaud donne des signes d'agitation tels qu'il est interné à son arri­vée au Havre. Il restera enfermé près de dix ans à Sotteville-lès-Rouen, Sainte-Anne, Ville-Evrard et finalement à la clinique de Rodez. Rendu à la liberté en 1946, les surréalistes organisent en son honneur une soirée d'hommage au Théâtre Sarah Bernhard. Il meurt le 4 mars 1948, à Ivry, dans un état voisin de la misère.

ceremonial_saphatique [web520]


Clovis Trouille - Cérémonial saphyque.

Les commentaires sont fermés.