25/12/2008

André Breton

breton 02Breton, le "pape au surréalisme", est né à Tinchebray, dans l'Orne, en 1896. En 1913, il noue des relations avec Paul Valéry et commence à Paris des étu­des de médecine avant d'être mobilisé en 1915. Affecté à divers centres neuropsychiatriques, il s'initie alors aux travaux de Sigmund Freud et s'intéresse à la psychanalyse. 

En 1916, il rencontre Jacques Vaché à Nantes: son influence sera décisive. En 1917 et 1918, il fait partie du cercle de Guillaume Apolli­naire et, l'année suivante, publie son premier recueil de poèmes: Mont de Piété. Avec Louis Aragon et Philippe Soupault, il fonde alors la revue Littérature où paraissent les premiers textes poétiques et les premiers comptes-rendus de rêves. 

Avec Soupault, Breton écrit Les Champs Magnétiques, premier recueil de textes automatiques qui, publié pendant l'époque dadaïste, annonce déjà le surréalisme. Jusqu'en 1921, il participe au mouvement Dada et, l'année suivante, rencontre Freud à Vienne. Avec ses amis Crevel, Desnos, Eluard, Ernst, Morise, Péret et Picabia, il fonde le mouvement surréaliste dont il devient le principal théoricien. En compagnie d'autres artistes, il explore alors le domaine de l'automatisme psychique et se livre en particulier à des expériences sur le sommeil hypnotique. 

En 1924, il publie le Manifeste du Surréalisme et, en 1925, prend la direction de la revue La Révolution Surréaliste qui prône le non-conformisme sous toutes ses formes et l'automatisme psychique pur. 

L'ouvrage de Trotski sur Lénine l'impressionne violemment et, dès lors, il fait valoir les revendications surréalistes sur le plan social. En 1926, André Breton adhère au Parti Communiste pour une très courte période car il s'oppose à "tout contrôle extérieur, même marxiste, sur les expériences de la vie intérieures" (Légitime Défense). 

En 1929, il publie les Second Manifeste du Surréalisme qui exclut tous les partisans d'une action politique. Dans ce manifeste, Breton réaffirme la portée philosophique du mouvement surréaliste, ainsi que sa vocation révolutionnaire, et constitue un rappel à l'ordre devant toute dévia­tion littéraire.

En 1930, il fonde et dirige la revue Le Surréalisme au Service de la Révolution et, deux ans plus tard, publie Les Vases Communicants, oeuvre importante parue après Nadja (1928). 

Breton, que ses amis appellent "le pape du surréalisme", devient l'un des principaux animateurs de la revue Minotaure et, en 1935, rompt définitivement avec le Parti Communiste. Il se rend alors à Prague et aux Iles Canaries et séjourne au Mexique en 1938 où il fonde, avec Diego Rivera et Léon Trotski, la Fédération Internationale de l'Art Révolutionnaire Indépendant dont il écrit le manifeste en collaboration avec Trotski. 

Mobilisé en 1939, il se réfugie à Marseille en 1940 et, l'année sui­vante, s'embarque pour les Etats-Unis, via la Martinique, en compagnie d'autres surréalistes. A New York, il rencontre Marcel Duchamp, Ernst et David Hare et, avec leur collaboration, fonde la revue VVV

Durant ce séjour en Amérique, il compose l'Ode à Fournier et publie Arcane 17. En 1945, il fait une série de conférences à Haïti. Celles-ci contribueront à créer l'agitation intellectuelle qui donnera le signal à l'insurrection contre le régime du président Lescot. 

En 1946, il rentre en France et, un an plus tard, organise une grande exposi­tion internationale du surréalisme. De 1943 à 1950, il soutient activement le mouvement des Citoyens du Monde. Il anime les revues Néon, Médium, La Brèche, Le Surréalisme même et de 1952 à 1954 dirige la galerie A l'Etoile Scellée

André Breton meurt en 1966, mais le surréalisme lui survit. Pendant toute sa vie, Breton se sera efforcé "d'atteindre deux réalités dis­tantes, et de leur rapprochement de tirer une étincelle."

scent of apricots on the fields [web520]


Arshile Gorky - Scent of apricots in the fields

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : andre breton |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.