16/01/2009

André Breton a dit...

Le seul mot liberté est tout ce qui m'exalte encore.

Je continue à ne rien apercevoir de commun entre la littérature et la poésie.

Il faut être allé au fond de la douleur humaine, en avoir découvert les étranges capacités pour pouvoir saluer du même don de soi-même ce qui vaut la peine de vi­vre.

La vie humaine ne serait pas cette déception pour certains si nous ne nous sentions constamment en puissance d'accomplir des actes au-dessus de nos forces. Il semble que le miracle même soit à notre portée.

Il arrive que des esprits, généreux pourtant, se refusent à admirer une cathédrale terminée. Ceux-là se tournent vers la poésie qui, par bonheur, en est restée à l'âge des persécutions.

J'ai opté en amour pour la forme passionnelle et exclusive, contre l'accommodement, le caprice et l'égarement.

Il faut désocculter l'occulte et occulter tout le reste.

s79fb60x [web520]


Georges Grosz

Les commentaires sont fermés.