18/02/2009

Max Jacob

Jacob MaxMax Jacob est né à Quimper (Bretagne) le 11 juillet 1876. En 1894, il est admis, sans examen d'entrée, à l'Ecole Coloniale. Rappelé à Quimper pour faire son service militaire, puis réformé, Max Jacob passe quelques temps dans sa ville natale, puis gagne Paris. 

En 1901, il fait la connaissance de Picasso, en 1905 celle de Salmon et en 1905 celle de Guillaume Apollinaire. Mais un jour de 1909, Max Jacob, de religion israélite, voit le Christ illuminer sa chambre, ce qui l'entraîne à se convertir, choisissant Picasso comme parrain. En 1919, quatre ans après sa conversion, il retrace ses expériences religieuses dans La Défense de Tartuffe

En 1920, il expose ses peintures chez Bernheim. En juin 1921, Max Jacob se retire à l'ombre de l'abbaye bénédictine de Saint-Benoit-sur-Loire. En 1925, il voyage en Italie et l'année suivante en Espagne. De retour à Paris en 1928, il regagne Saint-Benoît-sur-Loire en 1936. La Gestapo l'y arrête en février 1944. Max Jacob meurt au camp de Drancy le 5 mars 1944. 

Max Jacob se montra, durant toute sa vie, un vif défenseur des mouvements d'avant-garde et, dans ses recueils de poèmes en prose, se montre précurseur du surréalisme par son usage de l'automatisme et du rêve éveillé. Ces prin­cipaux recueils sont: Oeuvres burlesques et mystiques de frère Matorel, mort au couvent de Barcelone (1912), Le Cornet à dés (1917), Laboratoire central (1921), Sacrifice impérial (1929), Ballades (1958),... 

Max Jacob fut aussi essayiste, mora­liste et romancier. Peintre en même temps qu'écrivain, il a exécuté des gouaches représentant des scènes de théâtre et la vie des rues parisiennes avec un talent beaucoup plus réaliste que dans ses écrits.

Jacob Max par Modigliani [web520]


Max Jacob par Modigliani

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : max jacob |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.