19/03/2009

Tristan Tzara - La main passe

Marié aux larges masses d'insoumis, brassé dans l'universel attroupement des choses, livré aux dénicheurs de graves tourments, aux radicelles humaines figées dans le recueillement et la complicité des jaloux, tu te regardes accomplir les gestes quotidiens dans les limites serrées des souples 'bran­ches. Au désir de papier buvard, tu t'opposes, tu t'agites sous le vent d'un sillage toujours en fleurs. Que je n'arrive pas à distinguer des choses les fantômes des parties qui ont aidé à leur épanchement hors de moi, cela est dû à la continuité de leur action médiatrice entre le monde et mon adoles­cence. Et, désormais soumis à un sentiment, morcelé et étranger, de gouffre, pouvais-je, sinon subir avec terreur leur désertique et ferrugineux appel? Tout l'espace terreux se cabrait sous les bancs de nuages. Je me suis entouré d'hivernages fragiles, de forces desséchantes. Que reste-t-il d'humain sur les glabres visages tannés par les lectures et les astreingeantes politesses des dossiers dont je me suis constitué un décor famélique? Coutumière faiblesse il sera dit un jour de révolte que les yeux qu'on a cherchés étaient vides de la joie des hommes. Et les hommes et la joie, j'ai toujours essayé de me mêler à eux, à défaut de la féroce fusion promise que l'on trouve cependant encore vivante au fond résiduel des contes, parmi les germes de froid et les portes parsemées d'enfances.

La Main passe - 1935

puiss_cl [web520]


Roberto Matta


Commentaires

Tristan Tzara, un immense poète.
Merci pour votre site. Gardons le fil et poursuivons la quête de l'or du temps.

Écrit par : Fabrice | 17/04/2009

Mise en page Vos articles, la recherche iconographique, les citations, les rapprochements que vous faites entre dada et les surréalistes, tout est d'un grand intérêt. Mais... pourquoi avoir choisi des couleurs de fond de page si impossibles à supporter ?

Écrit par : Gilles | 25/04/2009

Salut, c'est pas vraiment un commentaire mais plutôt une remarque par rapport à un autre article. En fait tu mets dans ton blog que Joan Miro est né en 1895 or il est né en 1893, je voulais juste le faire remarquer. Voilà.

Écrit par : Isa | 28/09/2009

Bonjour votre site me parait tout a fait intéressant, je suis actuellement en fin de Baccalauréat en arts plastiques et je voudrais effectuer mon travail de fin d'étude sur le Hasard et l'art. Etant donné que ma formation porte sur la pédagogie, j'aimerai avoir quelques astuces de leçons que je pourrai appliquer en classe avec des élèves variant entre 12 et 18 ans.
Voila merci d'avance pour vos réponses.

Écrit par : Godart | 31/01/2010

N'allez-vous pas poursuivre ce travail ?

Écrit par : Thomas F. | 22/02/2010

Quand le poète inspire l'artiste ..
la création en devient parfois suréaliste ...
Amicalement

Écrit par : aramis-dingo | 04/08/2011

Très joli poème. Rien à redire si ce n'est un grand bravo.

J'affectionne tout particulièrement ce passage que je trouve réellement magnifique :
"Et les hommes et la joie, j'ai toujours essayé de me mêler à eux, à défaut de la féroce fusion promise que l'on trouve cependant encore vivante au fond résiduel des contes, parmi les germes de froid et les portes parsemées d'enfances."

Congratulations!

Écrit par : 32 SA | 14/05/2013

exellent post. fantastic picture, thanks and wish all the best

Écrit par : Stávkovanie online | 13/07/2014

Passage efficace nécessite une bonne vision, d'anticipation, et le calendrier. Un joueur qui est un passeur efficace normalement enregistrer de passes, qui sont passés à la deuxième et troisième au dernier joueur à toucher à la rondelle avant un but.

Écrit par : infographic template | 15/07/2014

Elle est vraiment belle! BRAVO.

Écrit par : fogadás bónusz | 17/07/2014

Les commentaires sont fermés.