17/12/2008

Louis Aragon - Pour demain

Vous que le printemps opéra
Miracles ponctuez ma stance
Mon esprit épris du départ
Dans un rayon soudain se perd
Perpétué par la cadence

La Seine au soleil d'Avril danse
Comme Cécile au premier bal
Ou plutôt roule des pépites
Vers les ponts de pierre ou les cribles
Charme sûr La ville est le val

Les quais gais comme un carnaval
Vont au devant de la lumière
Elle visite les palais
Surgis selon ses jeux ou lois
Moi je l'honore à ma manière

La seule école buissonnière
Et mon Silène m'enseigna
Cette ivresse couleur de lèvres
Et les roses du jour aux vitres
Comme des filles d'Opéra.

la résistance [web520]


Arthur Masson - La Résistance

16/12/2008

Louis Aragon - Mimosas

A la démoralisation. 

Le gouvernement venait de s'abattre
Dans un buisson d'aubépines
Une grève générale se découvrait à perte de vue
Sous l'influence combinée de la lune et de la céphalalgie
Des assassins s'enfuyaient dans la perspective des courants d'air
La victime pendait à la grille comme un bifteck
Une chaleur à claquer
Aussi faut voir si les casernes en entendaient de drôles
L'alcool coulait à flots par les tabatières des toits
Le métropolitain sortit de terre afin de respirer
Quand tout à coup il apparut
Au détour de la rue
Un petit âne qui traînait une voiture
Décorée pour la bataille des fleurs
Premier prix pour toute la ville
Et les villes voisines.

La Labyrinthe 1938 [web520]


Arthur Masson - Le Labyrinthe

15/12/2008

Louis Aragon - Imité de Camoens

Que cherchez-vous de moi perpétuels orages
De quels combats encore allez-vous me berner
Lorsque le temps s'enfuit pour ne plus retourner
Et s'il s'en retournait n'en reviendrait plus l'âge

Les ans accumulés vous disent bon voyage
Eux qui légèrement nous passent sous le nez
A des désirs égaux inégalement nés
Quand le vouloir changeant n'en connaît plus l'usage

Ce que je chérissais jadis a tant changé
Qu'on dirait autre aimer et comme autre douloir
Mon goût d'alors perdu maudit le goût que j'ai
Ah quel espoir trompé d'une inutile gloire
Me laisserait le sort ni ce temps mensonger
Qui guette mon regret comme un château de Loire


Les Plaintes
(paru dans Profil littéraire de la France n° 9 - avril 1942)

AM_Gradiva 1939 [web520]


Arthur Masson - Gravida.

14/12/2008

Louis Aragon - Fêtes galantes.

On voit des marquis sur des bicyclettes
On voit des marlous en cheval-jupon
On voit des morveux avec des voilettes
On voit des pompiers frôler les pompons

On voit des mots jetés à la voierie
On voit des mots élevés au pavois
On voit les pieds des enfants de Marie
On voit le dos des diseuses à voix 

On voit des voitures à gazomètre
On voit aussi des voitures à bras
On voit des lascars que les longs nez gênent
On voit des coïons de dix-huit carats

On voit ici ce que l'on voit ailleurs
On voit des demoiselles dévoyées
On voit des voyous On voit des voyeurs
On voit sous les ponts passer des noyés

On voit chômer les marchands de chaussures
On voit mourir d'ennui les mireurs d'œufs
On voit péricliter les valeurs sûres
Et fuir la vie à la six-quatre-deux
 

Les Nuits (paru dans Poésie 41 N°4, 1941)

buste de Diego [web520]


Alberto Giacometti - Buste de Diego

13/12/2008

Louis Aragon

Aragon LouisLouis Aragon, poète français, est né à Paris en 1897. Après avoir fait des études de médecine, il se lie d'amitié avec André Breton, qu'il rencontre au Val de Grâce en 1917, ainsi qu'avec Philippe Soupault. En 1919, il fonde, en collaboration avec ses deux amis, la revue intitulée par antiphrase Littérature, laquelle deviendra le principal organe du mouvement Dada parisien. 

En 1920, Aragon publie Feu de Joie suivi, en 1925 de Mouvement perpétuel. Louis Aragon prend une part active à l'élaboration du surréalisme dont il est un des principaux organisateurs. Pour lui, le surréalisme est un point de départ, un moyen de libération: dans Feu de Joie il écrit par exemple: 

Le monde à bas, je bâtis plus beau.  

En 1950, il se rend en URSS pour présenter les théories surréalistes au deuxième congrès des écrivains réunis à Kharkov. En 1951, il publie Front Rouge, ce qui lui vaut d'être inculpé de "provocation au meurtre" et d'"exci­tation de militaires à la désobéissance". Ses amis surréalistes tentent de prendre sa défense et André Breton publie à cette intention Misère de la Poé­sie. Mais Louis Aragon se désolidarise de ses amis et adhère au Parti Commu­niste français. Depuis lors, son activité, en rupture totale avec les positions qui avaient été les siennes dans le passé, cesse de concerner le surréalisme. 

Citons encore comme autres recueils de poésie: Le Crève-cœur (1941), Cantique à Elsa (1941), Les Yeux d'Elsa (1942), Brocéliande (1942), Le Musée Grévin (1945), Je te salue, ma France (1944), La Diane française (1944), En étrange pays dans mon pays lui-même (1945-1947) et Le Nouveau Crève-cœur (1948). 

Louis Aragon a écrit également de nombreux romans dont les principaux sont: Le Paysan de Paris (1926), Les Cloches de Bâle (1934), Les Beaux Quartiers (1956), Les communistes (1949-1951), La Semaine Sainte (1958).

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : louis aragon |  Facebook |

12/12/2008

Clovis Trouille

Clovis Trouille, natif d'Amiens, pousse jusqu'au sarcasme sa verve anticléricale. Dans Dialogue au Carmel, deux religieuses haut troussées ajustent leurs bas noirs en fumant une cigarette. Dans Le Grand poème d'Amiens, le Christ descendant de la croix et éclate te rire au milieu de la nef en se tapant sur le ventre. 

Certaines de ses toiles ont pour décors les cimetières: Mes Funérailles (1945), Mon tombeau (1947). Citons encore quelques autres peintures aux titres si­gnificatifs: La Partouze (1950), Le Spectre vampire (1951), La Profanation (1941), La Vamp diabolique (1945), Le Baiser du Confesseur (1947), La Violée (1948)... 

En 1963, l'exposition de Clovis Trouille chez Cordier à Paris était à huis clos et sur invitation.

dialogue au carmel 1944 [web520]


Clovis Trouille - Dialogue au Carmel - 1944
reve slaustral 1952 [web520]
Clovis Trouille - Rêve claustral - 1952
mon tombeau [web520]
Clovis Trouille - Mon tombeau
religieuse italienne fumant la cigarette 1944 [web520]
Clovis Trouille - Religieuse italienne fumant la cigarette - 1944
la_grasse_matinee [web520]
Clovis Trouille - La grasse matinée.

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clovis trouille |  Facebook |

11/12/2008

Toyen

toyen-portret-1919Maria Germinova, dite Toyen, est née à Prague en 1902. Elle fit partie, après 1914, du groupe Davetsil.

Citons comme principales toiles: Rois Mages (1925), Vaisseau englouti (1927), Le Marais (1928), Au Nord (1931), Le Spectre Rouge (1954), Parmi les ombres longues (1943), Le devenir de la liberté (1946), Au château Lacoste (1946), L'Origine de la Vérité (1952), Le Tir (1940), Cache-toi guerre (1944), La Dame Blanche (1958).

femme rêveuse [web520]


Toyen - Femme rêveuse

a flock of crows 1933 [web520]


Toyen - A flock of crows

nuit [web520]


Toyen - Nuit
pict200
Toyen -Dessin

19:00 Écrit par Lucky dans 14 Peintres P-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toyen |  Facebook |