02/11/2008

Leonora Carrington

Leonora Carrington, poète et peintre, est la fille d'un industriel de Londres. Elle fréquenta l'atelier de Ozenfant, mais cette fréquentation ne l'a guère mar­quée.

 Leonora_Carrington [web520]


Leonora Carrington
Pendant les années d'avant-guerre, elle vit à Saint-Martin-d'Ardèche avec Max Ernst, séparé de sa première femme Marie-Berthe. En 1938, elle expose à Paris L'Assassin silencieux et Que ferons-nous demain, Amélie?. Elle participe éga­lement à l'exposition surréaliste d'Amsterdam où elle présente Le Repas de Lord Candlestiek" et Les Chevaux de Lord Candiestiek

Le caractère hypersensi­ble de cette femme faillit la mener à la folie. Dans En Bas, texte poétique publié en 1945, elle nous décrit son affolement devant l'invasion allemande. Pendant la guerre, Max Ernst, sujet allemand, est interné dans un camp près d'Aix-en-Provence. Leonora Carrington, se retrouvant seule, fuit en Espagne puis gagne New York. Max Ernst épouse alors Peggy Guggenheim et Leonora s'installe au Mexique.

 carrington_autoportrait [web520]


Leonora Carrington: Autoportrait
Dans des recueils tels que Waiting et The Swenth horse, Leonora Carrington mêle la poésie surréaliste, l'art romantique et le fantastique. Ses peintu­res se rattachent au même univers: Dans le jardin il joue tranquillement de la cornemuse (1944), A l'Auberge du Cheval d'Aube, La Chasse, La Dame ovale, Le Jardin enchanté, La Tentation de Saint-Antoine (1947).

Leonora Carrington est aussi l'auteur d'un grand nombre de recettes surréalistes de cuisine.

Leonora-Carrington_BirdBath [web520]


Leonora Carrington - Le bain de l'oiseau.
Leonora-Carrington_Untitled [web520]
Leonora Carrington - Sans titre
tentation de st antoine [web520]
Leonora Carrington - Tentation de Saint Antoine

19:00 Écrit par Lucky dans 12 Peintres A-E | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leonora carrington |  Facebook |

01/11/2008

Victor Brauner

Victor Brauner est né en 1905 à Pietra-Naemtz en Roumanie. Dès son enfance passée à Bucarest, il est plongé dans les mystères du spiritisme dont ses parents sont fervents. 

En 1924, il organise sa première exposition dans la capitale rou­maine et présente au publie Le Christ au Cabaret et Fille à la Fabrique qui ne manquent pas de faire scandale. Il fait la rencontre du poète Ilarie Voronca avec qui il se lie d'amitié et fonde la revue 75 HP dans laquelle il publie Le Surrationalisme et Manifeste de la Picto-poésie. Pendant la période dada, Brauner collabore à la revue Unu mais ne prend jamais une attitude anti-art. En 1925, il peint La Ville médiumnique et se rend à Paris où il ren­contre Brancusi, Tanguy et Giacometti.

 Acolo 1949


Victor Brauner - Acolo - 1949

En 1933, grâce à Tanguy, il fait la connais­sance du groupe surréaliste et participe aux réunions. Pendant cette période, Brauner peint des toiles influencées par Chirico et Ensor: La Porte (1932), Nous sommes trahis (1934), Paysage méditerranéen (1932), Kabiline en mouvement (1934), L'étrange cas de monsieur K. (1954). Cette dernière oeuvre est sui­vie du diptyque Force de concentration de monsieur K. où il représente le père Ubu rongé par des objets fixés sur les cloisonnages qui composent l'ensem­ble. 

Les surréalistes ont vu dans sa peinture intitulée Autoportrait à l'oeil énucléé (1931) une sorte de prophétie. En 1938, au cours d'une altercation, il reçut en effet des éclats de verre dans la figure et perdit l'oeil gauche! En 1934, Brauner expose pour la première fois à Paris, mais, déçu, il décide de retourner en Roumanie. Dans ses peintures de cette époque, on retrouve fréquemment le thème de l'oeil qui semble vraiment obséder le peintre. Retourné dans son pays natal, Brauner participe au groupe Unu. En 1938, il rentre à Paris. C'est alors que commence sa période des "crépuscules": sur un fond sombre, des silhouettes de femmes luminescentes se mêlent aux branches d'arbres et aux dispositifs d'alchimie. La Vie intérieure et Chimère (1939) sont représentatifs de cette époque.

 eventail du poète 1946


Victor Brauner - Eventail du Poète - 1949

En 1940, il peint Naissance de la matière et en 1942 Mythotomie dont René Passeron nous donne une description: 

L'effigie féminine se charge d'emblèmes comme le tau égyptien qu'elle tient dans la main gauche, le serpent dans la main droite, alors que les fenêtres de sa robe cérémonielle (chinoise) laissent voir l'oeil de son sexe et les globes de ses seins. Elle a les yeux bandés et sa tête se couronne d'un double profil à l'oeil cyclopéen, surmonté de flammes. 

Brauner va se mettre à écrire ses tableaux, se rapprochant des hiéroglyphes et de Klee. En 1942, Brauner se réfugie près de Gap dans les Alpes et réalise ses premières peintures à la cire: Objet subjectivé (1957), Infracape (1957), Promenade après l'amour (1957). En 1948, avec Totem de la subjectivité blessée commence la période des Rétractés.

 L archechat 1948


Victor Brauner - L'archechat.

Le Monde (1950), la série Onomatomanie (37 tableaux), Etre rétracté, Etre réfracte, Etre s'arrachant à l'être (195I), Dépolarisation de l'intimité et L'expérience malheureuse font partie de cette période. 

Pendant toute sa vie (Brauner est mort en 1966), Victor Brauner est resté fidèle au groupe surréaliste qu'il a quitté en 1949. Mais malgré sa participation à de nombreuse exposition, il est toujours resté solitaire et presque inconnu du grand public. En 1934, il exposait à Paris et à Bruxelles, en 1935, à La Louvière et à Ténériffe, en 1936 à New York et en 1938, il participait à l'Exposition Internationale du Surréalisme à Paris. En 1939, il exposait personnellement à Paris, galerie Henriette et, en 1949, galerie Pierre et chez Julian Lévy à New York.

trio 1947


Victor Brauner - Trio - 1947

Louptable 1939


Victor Brauner - Louptable - 1939

victor_brauner_lup_1939


Victor Brauner - Loup

19:00 Écrit par Lucky dans 12 Peintres A-E | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : victor brauner |  Facebook |

31/10/2008

Hans Bellmer

Hans Bellmer est né en 1902 à Katowice (Pologne) et vécu d'abord à Berlin.

En 1938, après la mort de sa femme Margarete, il se réfugie à Paris où les sur­réalistes l'accueillent. 

Pendant la guerre, il se réfugie dans le Midi de la France. En 1947, il publie Anatomie de l'image. Ses dessins Mille Filles (1939-1941), Quatre personnes (1942), Chapeau-main (1946), La Dame réversible et La Danseuse (1930) sont des "anagrammes du corps" où des images se superposent par transparence. 

Ce sont surtout ses Poupées qui l'ont rendu célèbre. D'un trait souple, Bellmer enlace des corps nus, comme torturés par le plaisir. D'après Jouffroy, Bellmer pénètre dans "le domaine prétendu infranchissable des sensations internes et des images mentales qui font naître les rapports sexuels".

autoportrait [web520]


Hans Bellmer - Autoportrait.

dame aux bras articulés 1965 [web520]


Hans Bellmer - Dame aux bras articulés - 1965

paysage surréaliste avec femmes et fleurs [web520]


Hans Bellmer - Paysage surréaliste avec femme et fleur.

bellmer_300 [web520]


Hans Bellmer - Dessin

2084659382_e678e7f68f_o [web520]


Hans Bellmer - Dessin

2084659378_a433861642_o [web520]


Hans Bellmer - Dessin

bellmer1poup [web520]


Hans Bellmer - Poupée

SurrealismBellmer2 [web520]


Hans Bellmer - Poupée

19:00 Écrit par Lucky dans 12 Peintres A-E | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans bellmer |  Facebook |

25/10/2008

Hans Arp

Hans (ou Jean) Arp est né à Strasbourg en 1887 et, dès 1904, publie ses premiers poèmes. En 1906, il entre à l'Ecole des Beaux-Arts de Weimar qu'il fréquente jusqu'en 1907. Frappé par une exposition de Maillol, il décide de venir à Paris en 1908 où il travaille à l'Académie Julian. En 1909, il fait ses premières recherches de peinture abstraite et aborde la sculpture.

 jean arp [web520]


Hans Arp.

En 1911, il participe à la première exposition du Modem Bund à Lucerne. L'année suivante, il rencontre à Munich Kandinsky et les peintres du Blaue Reiter et expose avec eux. Arp fait également la connaissance de Robert Delaunay. En 1913, il collabore à la revue Der Sturm (revue berlinoise de tendances cubistes) et rencontre Ernst à Cologne. Au début de la guerre, Hans Arp vient à Paris et y rencontre Max Jacob, Picasso, Modigliani, Robert et Sonia Delau­nay ainsi qu'Apollinaire. Réfugié à Zurich, il y rencontre Marcel Janco, Hugo Ball, Huelsenbeck et Tristan Tzara avec qui il fonde le mouvement Dada de Zurich. Il fait la connaissance de Sophie Taueber qu'il épousera en 1922. A cette époque, il construit des reliefs en bois polychrome et exécute de nombreux collages. En 1919, il participe avec Ernst et Baargeld au mouvement Dada de Cologne.

 202-297-m [web520]


Hans Arp - Plastron et fourchette - 1922.

En 1920, il arrive à Paris et ne tarde pas à se lier d'amitié avec André Breton. Il participe au mouvement surréaliste en collaborant à la plupart des expositions, des manifestations et des publications surré­alistes. De 1925 à 1950, il exécute de nombreux reliefs. En 1926, il collabore à la revue hollandaise De Stijl et se fixe à Meudon. 

A partir de 1930, son style évolue vers la ronde-bosse. Après quelques oeuvres où domine l'élément fantastique, les formes de sa sculpture se simplifient et s'équilibrent. L'ondulation devient élémentaire; un équilibre de vides et de pleins s'éta­blit dans les formes mêmes les plus simples qui créent une expression d'étrange harmonie. Son oeuvre poétique où l'humour règne en maître, ne le cède pas, en importance et en signification, à son oeuvre picturale et sculpturale. Arp est bilingue et a publié de nombreux recueils en français et en allemand.

 configuration 1951 [web520]


Hans Arp - Configuration - 1951.

En 1943, Sophie Taueber-Arp meurt accidentellement. Pendant la guerre, Hans Arp se réfugie dans le Midi de la France puis en Suisse. 

En 1954, il obtient le prix de la sculpture à la Biennale de Venise et en 1957, il est chargé d'une décoration pour l'UNESCO à Paris. Il exécute également des reliefs métalliques pour l'université de Caracas. 

Hans Arp meurt à Paris en 1966, nous laissant une oeuvre sculpturale, picturale et poétique très importante.

jean_hans_arp_demeter [web520]


Hans Arp - Sculpture.

19:00 Écrit par Lucky dans 12 Peintres A-E | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans arp |  Facebook |