11/03/2009

Philippe Soupault - Articles de sport

Courageux comme un timbre poste
il allait son chemin
en tapant doucement dans ses mains
pour compter ses pas
son coeur rouge comme un sanglier
frappait frappait
comme un papillon rosé et vert
De temps en temps
il plantait un petit drapeau de satin
Quand il eut beaucoup marché
il s'assit pour se reposer
et s'endormit
Mais depuis ce jour il y a beaucoup de nuages dans le ciel
beaucoup d'oiseaux dans les arbres
et beaucoup de sel dans la mer
Il y a encore beaucoup d'autres choses.

Bulles Billes Boules - 1920-1930

3632malingue_matta [web520]


Roberto Matta


 

10/03/2009

Philippe Soupault - Route

J'aperçus le souvenir de sa voix se percher
Mon corps berçait mes pensées
les fils télégraphiques s'enfuyaient

Le heurt d'un caillou sonna midi

Rose des Vents - 1920

rosa7-20-14 [web520]


Paul Delvaux


 

09/03/2009

Philippe Soupault - Dimanche

L'avion tisse les fils télégraphiques
et la source chante la même chanson
Au rendez-vous des cochers l'apéritif est orangé
Mais les mécaniciens des locomotives ont les yeux blancs
la dame a perdu son sourire dans les bois. 

Paul%20Delvaux%201976_robe_de_mariee [web520]


Paul Delvaux


 

 

08/03/2009

Philippe Soupault

Soupault Philippe

 

Philippe Soupault est né à Chaville (Seine et Oise) le 2 août 1897. En 1919, il fonde la revue Littérature avec Breton et Aragon et participe au mouvement Dada jusqu'en 1922.

En 1919, Soupault se livre avec son ami Breton aux premiers essais de l'écriture automatique. Les textes ainsi réalisés sont publiés sous le titre de Champs Magnétiques, oeuvre qui restera en date dans l'histoire du mouvement surréaliste. Soupault collabore aux débuts de La Révolution Surréaliste, mais cesse de participer au mouvement pour entreprendre une série de voyages à travers l'Europe, l'Amérique et la Russie.

En 1938, il fonde Radio-Tunis et dirige les émissions contre la propagande faociste et nazie. Arrêté en 1940 par le gouvernement de Vichy, il parvient à s'échapper et rallie Alger.

En 1945, il séjourne au Etats-Unis, au Canada et en Amérique Centrale, puis, à la libéra­tion, rentre en France. Il est alors nommé directeur des émissions vers l'étran­ger à la RTF. Chargé de mission par l'UNESCO en 1948, il ne cesse dès lors de voyager.

Poète, romancier, essayiste, journaliste, Soupault a beaucoup publié sans cesser, comme il l'assure lui-même, de se proclamer surréaliste.

Soupault Philippe02
    

 

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : philippe soupault |  Facebook |

07/03/2009

Pierre Reverdy - Sur la pointe des pieds

Il n'y a plus rien qui reste
entre mes dix doigts
Une ombre qui s'efface
Au centre
un bruit de pas
Il faut étouffer la voix qui monte trop
Celle qui gémissait et qui ne mourait pas
Celle qui allait plus vite
C'est vous qui arrêtiez ce magnifique élan
L'espoir est votre orgueil
qui passaient dans le vent
Les feuilles sont tombées
pendant que les oiseaux comptaient
les gouttes d'eau
Les lampes s'éteignaient derrière les rideaux
Il ne faut pas aller trop vite
Crainte de tout casser en faisant trop de bruit

Sources du vent - 1947.

delvaux [web520]


Paul Delvaux


 

06/03/2009

Pierre Reverdy

Reverdy Pierre

 

Né à Narbonne le 13 septembre 1889, Pierre Reverdy passe son enfance dans cette ville où il fait ses études. Il séjourne alors dans la région de Carcassonne, sur les flancs de la Montagne Noire où son père possède une propriété.

En 1910, il s'installe à Paris et devient l'ami de Juan Gris, Picasso, Braque, Matisse, Léger, Max Jacob et Apollinaire. Il s'engage en 1914 mais est réformé quelques mois plus tard. En 1916, il crée la revue Nord-Sud et, pour vivre, de­vient correcteur d'épreuves.

En 1926, il traverse une crise religieuse et se retire auprès de l'abbaye de Solesmes (Sarthe) qui deviendra son port d'attache. Il voyage en Espagne, en Grèce, en Suisse et en Angleterre et meurt en 1960.

Ses principales oeuvres sont: Poèmes en prose (1915), Etoiles peintes (1921), Grande Nature (1926), Ferraille (1937), Chants des Morts (1948).

Reverdy Pierre par Modigliani


Pierre Reverdy par Modigliani


 

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre reverdy |  Facebook |

05/03/2009

Jacques Prévert - Pour faire le portrait d'un oiseau

Peindre d'abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d'utile
pour l'oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans un forêt
se cacher derrière l'arbre
sans rien dire
sans bouger
Quand l'oiseau arrive
s'il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l'oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec la pinceau
puis                                                                ,
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau
Faire ensuite le portrait de l'arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l'oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l'herbe dans la fraîcheur de l'été
et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter
Si l'oiseau ne chante pas
c'est mauvais signe
mais s'il chante c'est bon signe
signe que vous pouvez signer
alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l'oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

delvaux1 [web520]


Paul Delvaux