20/01/2009

Blaise Cendrars - Eloge de la vie dangereuse

Une fois de plus la vie change du tout au tout et recommence. "Donnez-moi le septième cil de la paupière gauche, le septième de la rangée supérieure, à compter de la glande lacrymale", disait le sage des Indes. Contemplation. Oeil de chat, Objectif. L'iris de sa prunelle cristalline grandissait, se ra­petissait, culbutait comme le revolver de un Bell-Howel. On tourne! Un grand figuier blanc se dénouait comme la chevelure du soleil et mille branches retombaient pour reprendre immédiatement racine. 

Praia Grande - 15 mars 1926.

220 [web520]


Giorgio de Chirico

19/01/2009

Blaise Cendrars - Le ravissement d'amour

49.

Un cierge brûle. Sa flamme se couche. Une ombre glisse devant l'autel. Une robe bat des ailes. Bras au corps! C'est le vent de la prière. L'attirance. La bouche ouverte. L'envol. A genoux! Rabats ton capuchon. Les pieds nus dans les sandales. Tes mains tire nerveusement sur la cordelière. Joins les mains! D'autres mains officient. Des mains nues. Les doigts nus et fragiles qui se tendent comme des rayons. L'anneau, Un dard sans aucune hésitation. L'Hostie, et c'est la culbute dans l'eucharistie, le coeur percé. Un vol de guêpe. Une larme de cire. Une goûte brûlante. Le sceau sur les lè­vres. Les larmes. La douleur est fulgurante.

50.

La Mort. La Vie. Déglutination.

51.

Sustentation.

52.

On ne peut pas être rassasié d'amour.

53.

Incendie d'amour divin, rameau d'or, fleur de Jessé, échelle de Jacob.

54.

Les Bienheureux.

55.

L'esprit s'effare dans la cellule. La tonsure au plafond. Un coup. C'est vertigineux. Un coup. Le frisson de l'aube. Un coup. La cloche tinte. Un coup espacé. Le moine blanc se donne la discipline. Un coup. Un coup. Matines. Reste à genoux!

Extrait du Lotissement du Ciel -1948.

219 [web520]


Giorgio de Chirico

18/01/2009

Blaise Cendrars - Aux 5 coins

Oser et faire du bruit
Tout est couleur mouvement explosion lumière
La vie fleurit aux fenêtres du soleil
Qui se font dans ma bouche
Je suis mûr
Et Je tombe translucide dans la rue

Tu parles, mon vieux
Je ne sais pas ouvrir les yeux?
Bouche d'or
La poésie est en jeu

Février 1914

217 [web520]


Giorgio de Chirico

17/01/2009

Blaise Cendrars

Cendrars BlaiseSuisse de naissance, Biaise Cendrars n'a pas participé activement au mouvement surréaliste, mais, par sa manière de voir les choses, de les présen­ter avec humour, il peut faire figure de précurseur. De plus, durant toutes sa vie, Cendrars est resté en contact avec les surréalistes dont beaucoup fai­saient partie de son entourage et de celui d'Apollinaire. 

Blaise Cendrars est certainement le poète du XXe siècle dont la vie fut la plus aventureuse. A dix-sept ans (en 1905), il s'évade de sa pension et aboutit en Mandchourie pendant la guerre russo-japonaise. Jusqu'en 1912, il fait de nombreux séjours en Amériques et, après la guerre, publie Prose du Transsibé­rien, dont l'édition originale (un dépliant de deux mètres de long) est accompa­gnée d'une bande de "couleurs simultanées" de Sonia Delaunay. 

Ses principales oeuvres aux titres évocateurs sont presque toutes inspirées par ses voyages et ses aventures: Du Monde entier (1919), Dix-Neuf Poèmes Blastiques (1919), Feuilles de route (1924), Au Coeur du Monde (1944), Lotissement du ciel (1948). Blaise Cendrars écrivit également des autobiographies (L'Homme Foudroyé, Bour­linguer) et des romans (L'Or, Moravagine, Dan Yack).

Cendrars par Matisse


Modigliani - Portrait de Blaise Cendrars
 

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blaise cendrars |  Facebook |