29/01/2009

Jean Cocteau - Le septième ange

Le septième ange qui sonnait de la trompette
Lança ses foudres d'or sur le char d'Apollon.
Le Dieu (dont le sourcil ressemble à la houlette)
Excitait son quadrige en frappant du talon.

Mais les chevaux cabrés et ligotés de veines
L'un l'autre s'insultaient et se mordaient le col
Et les rois se jetaient sur les bûchers des reines,
Et le char du soleil se fracassait au sol. 

Il y eut là quelques minutes étonnantes
Ou les îles sombraient, où tonnaient les volcans,
Où l'ange assassinait les bêtes et les plantes,
Les soldats des Césars endormis dans les camps... 

Voilà comment en nous peut se rompre une artère,
Voilà comment en nous un cycle s'interrompt.
La trompette a sonné, l'ange n'a qu'à se taire.
Ce que l'ange a défait, d'autres le referont.

Le Chiffre Sept - 1952.

w7lxtu9l [web520]


René Magritte

28/01/2009

Jean Cocteau - Par lui-même

Accidents du mystère et fautes de calculs
Célestes, j'ai profité d'eux, je l'avoue.
Toute ma poésie est là: Je décalque
L'invisible (invisible à vous).
J'ai dit: "Inutile de crier, haut les mains!"
Au crime déguisé en costume inhumain;
J'ai donné le contour à des charmes informes;
Des ruses de la mort la trahison m'informe
J'ai fait voir en versant mon encre bleue en eux,
Des fantômes soudain devenus arbres bleus.
Dire que l'entreprise est simple ou sans danger
Serait fou. Déranger les anges!
Découvrir le hasard apprenant à tricher
Et des statues en train d'essayer de marcher.
Sur le belvédère des villes que l'on voit
Vides, et d'où l'on ne distingue plus que les voix
Des coqs, les écoles, les trompes d'automobile,
(Ces bruits étant les seuls qui montent d'une ville)
J'ai entendu descendre des faubourgs du ciel,
Etonnantes rumeurs, cris d'une autre Marseille.

Opéra - 1925-1927

untitled [web520]


René Magritte

27/01/2009

Jean Cocteau

Cocteau JeanJean Cocteau est né en 1889. Il subit l'influence de Diaghilev et du Sacre du Printemps de Stravinsky. En 1914, il se lie avec Picasso et Roland Garros. En 1919, il publie Le Potomak et Cap de Bonne-Espérance

Cocteau décou­vre alors les mythes de la Grèce et se passionne pour Orphée dont il fera une pièce (1927) et deux films (1951 et 1959). Jean Cocteau fut un véritable touche à tout: il ne se contenta pas d'écrire de nombreux poèmes (Plain-chant, L'Ange Heurtebise, Opéra, Vocabulaire, Le Chiffre Sept,... ), mais il composa également des tragédies (Oedipe-Roi, La Machine Infernale, Renaud et Armide), des romans (Thomas l'Imposteur, Les Enfants terribles), des ballets (Phèdre, La Dame à la Licorne) ainsi que des films (La Belle et la Bête, Orphée, Le Testa­ment d'Orphée). Jean Cocteau réalisa également de très nombreux dessins. 

Quoiqu'il fréquenta quelque peu les surréaliste, Cocteau n'a jamais participé effectivement au mouvement. Son style très personnel est cependant voisin de la poésie surréaliste.

Cocteau par Modigliani


Modigliani - Portrait de Jean Cocteau

19:00 Écrit par Lucky dans 15 Poètes A-Z | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jean cocteau |  Facebook |