01/11/2008

Victor Brauner

Victor Brauner est né en 1905 à Pietra-Naemtz en Roumanie. Dès son enfance passée à Bucarest, il est plongé dans les mystères du spiritisme dont ses parents sont fervents. 

En 1924, il organise sa première exposition dans la capitale rou­maine et présente au publie Le Christ au Cabaret et Fille à la Fabrique qui ne manquent pas de faire scandale. Il fait la rencontre du poète Ilarie Voronca avec qui il se lie d'amitié et fonde la revue 75 HP dans laquelle il publie Le Surrationalisme et Manifeste de la Picto-poésie. Pendant la période dada, Brauner collabore à la revue Unu mais ne prend jamais une attitude anti-art. En 1925, il peint La Ville médiumnique et se rend à Paris où il ren­contre Brancusi, Tanguy et Giacometti.

 Acolo 1949


Victor Brauner - Acolo - 1949

En 1933, grâce à Tanguy, il fait la connais­sance du groupe surréaliste et participe aux réunions. Pendant cette période, Brauner peint des toiles influencées par Chirico et Ensor: La Porte (1932), Nous sommes trahis (1934), Paysage méditerranéen (1932), Kabiline en mouvement (1934), L'étrange cas de monsieur K. (1954). Cette dernière oeuvre est sui­vie du diptyque Force de concentration de monsieur K. où il représente le père Ubu rongé par des objets fixés sur les cloisonnages qui composent l'ensem­ble. 

Les surréalistes ont vu dans sa peinture intitulée Autoportrait à l'oeil énucléé (1931) une sorte de prophétie. En 1938, au cours d'une altercation, il reçut en effet des éclats de verre dans la figure et perdit l'oeil gauche! En 1934, Brauner expose pour la première fois à Paris, mais, déçu, il décide de retourner en Roumanie. Dans ses peintures de cette époque, on retrouve fréquemment le thème de l'oeil qui semble vraiment obséder le peintre. Retourné dans son pays natal, Brauner participe au groupe Unu. En 1938, il rentre à Paris. C'est alors que commence sa période des "crépuscules": sur un fond sombre, des silhouettes de femmes luminescentes se mêlent aux branches d'arbres et aux dispositifs d'alchimie. La Vie intérieure et Chimère (1939) sont représentatifs de cette époque.

 eventail du poète 1946


Victor Brauner - Eventail du Poète - 1949

En 1940, il peint Naissance de la matière et en 1942 Mythotomie dont René Passeron nous donne une description: 

L'effigie féminine se charge d'emblèmes comme le tau égyptien qu'elle tient dans la main gauche, le serpent dans la main droite, alors que les fenêtres de sa robe cérémonielle (chinoise) laissent voir l'oeil de son sexe et les globes de ses seins. Elle a les yeux bandés et sa tête se couronne d'un double profil à l'oeil cyclopéen, surmonté de flammes. 

Brauner va se mettre à écrire ses tableaux, se rapprochant des hiéroglyphes et de Klee. En 1942, Brauner se réfugie près de Gap dans les Alpes et réalise ses premières peintures à la cire: Objet subjectivé (1957), Infracape (1957), Promenade après l'amour (1957). En 1948, avec Totem de la subjectivité blessée commence la période des Rétractés.

 L archechat 1948


Victor Brauner - L'archechat.

Le Monde (1950), la série Onomatomanie (37 tableaux), Etre rétracté, Etre réfracte, Etre s'arrachant à l'être (195I), Dépolarisation de l'intimité et L'expérience malheureuse font partie de cette période. 

Pendant toute sa vie (Brauner est mort en 1966), Victor Brauner est resté fidèle au groupe surréaliste qu'il a quitté en 1949. Mais malgré sa participation à de nombreuse exposition, il est toujours resté solitaire et presque inconnu du grand public. En 1934, il exposait à Paris et à Bruxelles, en 1935, à La Louvière et à Ténériffe, en 1936 à New York et en 1938, il participait à l'Exposition Internationale du Surréalisme à Paris. En 1939, il exposait personnellement à Paris, galerie Henriette et, en 1949, galerie Pierre et chez Julian Lévy à New York.

trio 1947


Victor Brauner - Trio - 1947

Louptable 1939


Victor Brauner - Louptable - 1939

victor_brauner_lup_1939


Victor Brauner - Loup

19:00 Écrit par Lucky dans 12 Peintres A-E | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : victor brauner |  Facebook |

13/10/2008

Le rêve

Le surréalisme, qui "tend à la récupération totale de notre force psy­chique par un moyen qui est la descente vertigineuse en nous, l'illumination systématique des lieux cachés et l'obscurcissement progressif des autres lieux", trouve dans le rêve un moyen de se pénétrer soi-même et d'accéder ainsi à la connaissance suprême. 

Le rêve peut tout rendre possible, même les situations les plus invraisemblables dans la réalité quotidienne. En nous apportant des révélations, il aide notre esprit à se mouvoir dans un monde fantasmagorique où êtres et choses prennent un aspect imprévu et insolite et se parent d'une couleur de rêve. 

freud


Sigmund Freud.


Le rêve a, pour les surréalistes, une vie propre aussi importante que celle de l'état de veille. André Breton, se basant sur la théorie de Freud (selon laquelle le rêve serait le symbole des désirs inconscients et des tendances inavouées), affirme que nos rêves pourraient nous aider à résoudre les "questions fondamentales de la vie". 

Le rêve nous permet de "sonder la nature individuelle" et partage notre exis­tence avec l'état de veille... Salvador Dali déclare à ce sujet dans La Femme Invisible: 

Le jour, nous cherchons inconsciemment les images perdues des rêves, et c'est pourquoi, quand nous trouvons une image de rêve, nous croyons déjà la connaître et nous disons que seulement la voir nous fait rêver.

 dali reve cause par le vol d'une abeille autour d'une pomme-grenade une seconde avant l'éveil


Salvador Dali: Rêve causé par le vol d'une abeille autour d'une pomme-grenade une seconde avant l'éveil.
 

De plus, les rêves peuvent parfois nous donner une image de l'avenir, et les surréalistes ne manquèrent pas de constater ce fait étrange. En 1923, Breton faisait, dans Tournesol, le récit d'une rencontre qu'il devait faire l'année suivante en compagnie du sculpteur Giacometti. Breton acheta un jour un "demi-masque" qui, par la suite, se trouva compléter une sculpture inachevée.

victor brauner portrait à l'oeil énucléé 1930 [web520]


Victor Brauner: Portrait à l'oeil énucléé - 1930

Mais, fait plus surprenant encore, le peintre Brauner peignit des personnages bor­gnes bien avant qu'un accident ne lui fasse perdre l'oeil droit... Tous ces faits, révélés par une activité secondaire de l'esprit, ne manquèrent pas d'intéresser, et même de passionner, les surréalistes qui attribuaient au rêve une importance aussi grande, sinon plus, qu'à l'état de veille, au dou­ble point de vue psychologique et métaphysique.

brauner [web520]


Victor Brauner: Peinture - 1946